USA : le mobile pousse aussi les adultes à se mettre en danger au volant

Par 25 juin 2010
Mots-clés : Smart city

Adulte ou adolescent, les Américains défient les règles de précaution et utilisent leurs téléphones portables en voiture. Appel pour les uns, texto pour les autres, à chaque âge sa préférence.

Les adultes américains utilisent autant leur téléphone mobile au volant que les adolescents. Ils téléphonent d'ailleurs plus en voiture que ces derniers qui préfèrent davantage les SMS, selon une étude de Pew Research Center’s Internet & American Life Project, qui constate que le niveau de distraction que représente le téléphone mobile n'est pas une question d'âge. Alors que l'adulte possède l'expérience du danger, il outrepasse pourtant les règles et se met en danger au même titre que l'adolescent. Pour preuve : une personne sur quatre - soit 27% - des adultes américains disent avoir envoyé un texto alors qu'ils étaient au volant de leurs voitures. Contre 26% des adolescents pour le même fait. Toutefois, lorsqu'il s'agit de passer un coup de fil, les adultes à 60% distancent les 43 % des adolescents.
Mise en danger volontaire ou involontaire
“Il est aussi dur pour les adultes que pour les jeunes de résister à la tentation de rester en contact avec leurs amis", conclut l'enquête. "Même dans les situations où il est préférable de rester concentré sur une tâche précise.” Et cela n'est pas non plus une question de sexe, quoi que plus de la moitié des hommes envoient des SMS au volant contre environ 40 % des femmes, explique l'enquête. Autre résultat de l'enquête, près de 50% des adultes disent avoir été passager d'une voiture dont le conducteur écrivait ou lisait des SMS sur son mobile. Plus grave, une portion à peine moindre des adultes et des adolescents reconnait avoir été le passager d'une voiture, dont le conducteur utilisait son téléphone portable de manière à se mettre lui ou ses passagers potentiellement en danger.
Une distraction au quotidien
Il suffit de savoir qu'un adulte sur six témoigne avoir été tellement distrait en parlant ou en écrivant un SMS lorsqu'il marchait, qu'il a physiquement percuté une autre personne ou un objet pour se rendre compte du danger de cette tendance au volant. A noter, que ces conclusions proviennent d'une enquête téléphonique comprenant plus de 2250 adultes américains interrogés en avril et mai dernier.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas