USA : le web est un baromètre politique

Par 08 juillet 2008
Mots-clés : Smart city

La quasi-totalité des utilisateurs du Net en âge de voter sont inscrits sur les listes électorales. L'observation de leurs activités en ligne fournit des tendances sur l'orientation du scrutin présidentiel.

Les internautes américains sont fortement politisés. Neuf utilisateurs du web sur dix de plus de dix-huit ans sont inscrits sur les listes électorales. C'est ce que révèle Nielsen Online, qui vient de réaliser une enquête sur le rapport des internautes américains à la campagne présidentielle. Et selon lui, les électeurs enregistrés qui utilisent Internet se répartissent en deux camps à peu près équitables. Ils sont plus d'un tiers à se réclamer du parti démocrate et à peu près autant du parti républicain. Seuls 15 % d'entre eux se déclarent affiliés à un autre parti ou indépendants. Selon Jon Gibs, le vice président de Nielsen Online, "le fait que de si nombreux utilisateurs d'Internet soient inscrits sur les listes de vote suggère que les efforts de campagne sur Internet vont influencer les résultats du scrutin. Pour les électeurs, la présence des candidats sur le web n'est plus un simple accessoire de campagne mais doit en être une partie intégrante."
Faire campagne en ligne : une étape obligatoire
A cet égard, l'étude de Nielsen Online, révèle que le camp de Barack Obama a pris une longueur d'avance. Son site de campagne a en effet été beaucoup plus populaire que celui de John McCain en mai, c'est-à-dire durant le dernier mois de la saison des primaires démocrates. L'un y a enregistré près de deux millions et demi de visiteurs uniques tandis que l'autre plafonnait à cinq cent soixante trois mille. Le site du candidat démocrate a également surpassé celui du républicain en nombre de pages imprimées, bien que plus de liens de sponsors aient été visités chez ce dernier. La campagne battant son plein, les discussions politiques sur Internet ont enfin connu un fort essor ces derniers temps. Là encore, Obama tient le haut du pavé. Le volume du buzz autour de sa campagne est près de deux fois supérieur à celui autour de celle de McCain.
Avantage côté Obama
Le premier a en effet été mentionné dans 0,75 % des conversations sur des blogs pendant le mois de juin, tandis que le second n'a été mentionné que dans 0,40 %. A noter : on parle encore plus d'Obama sur les réseaux sociaux et les forums de discussion (environ 1 % de part de discussion) tandis que les conversations autour de McCain ont plus souvent lieu sur des blogs, qui sont un média moins communautaire. "Barack Obama a pris un temps d'avance pendant les primaires en termes d'utilisation du web pour recueillir des voix et des dons", explique Jon Gibs. Le site de campagne de McCain inclut désormais des vidéos et s'est ouvert à des réseaux sociaux, ce qui s'est avéré être une stratégie payante pour Obama. Reste à savoir si le site du républicain va réussir à être plus attractif et si son électorat va embrasser Internet comme celui d'Obama l'a fait. C'est en partie de cette question que dépendra le résultat du scrutin.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas