Usages de technologies et prospérité des aéroports sont liés

Par 06 novembre 2008

Pour fidéliser les voyageurs, les gestionnaires aéroportuaires investissent dans l'environnement high-tech. La crise ne devrait pas faire baisser le budget qui y est alloué en 2009.

Améliorer les services clients et réduire son empreinte écologique font partie des priorités des aéroports. Des initiatives qui passent par le déploiement d'infrastructures technologiques de qualité. Le secteur a ainsi dépensé plus de 3 milliards de dollars pour s'équiper en 2008, rappelle Sita dans son étude annuelle Airport IT trends. "La meilleure manière d'attirer les compagnies est de disposer d'un volume passager très élevé", souligne à ce sujet C.B Tan, directeur de Sita en Chine, et qui rappelle que le pays devrait d'ailleurs investir plus de 60 milliards de dollars d'ici à 2020 pour construire une centaine d'aéroports. "Les aéroports se préoccupent désormais de rendre le séjour des passagers dans leur enceinte le plus agréable possible, en minimisant les temps de queue et en fournissant un environnement high-tech de qualité : Wi-Fi, bornes en self-service...". La moitié des structures aériennes annonce ainsi déployer de tels kiosques d'ici la fin 2009.
Environnement et bornes self-service
En règle générale, ces derniers permettent de s'enregistrer, mais environ 10 % des aéroports souhaitent étendre leurs applications à la réclamation de bagages ou encore l'enregistrement et l'expédition des bagages des passagers en transfert. Difficile d'en savoir plus cependant, notamment au niveau du fonctionnement des bornes : l'étude dans sa totalité ne sera disponible qu'en décembre. Une grande partie de ces investissements devrait aussi être consacrée à la mise en place de logiciels et systèmes permettant de réduire l'empreinte environnementale de ces structures : Plus des deux tiers des professionnels ayant répondu à l'étude en font une priorité. Les aéroports investissent enfin dans des projets qui visent à gérer la qualité de l'air et le niveau de bruit. Point sombre au tableau : Sita rappelle que certains aéroports ont été touchés directement par la crise économique. Pour près d'un tiers des aéroports ayant participé à l'étude, le principal obstacle au déploiement d'une stratégie TIC de qualité est le manque de budget mis à leur disposition, en raison de restrictions générales.
Les aéroports, impactés par la crise ?
Rien d'inquiétant cependant : une très large majorité (90%) des personnes ayant répondu à l'étude est persuadée que les sommes consacrées aux nouvelles technologies vont croître ou au moins rester à l'identique en 2009. Pour rappel, certains aéroports misent aussi sur les capteurs et la géolocalisation. Celui de Copenhague, par exemple, teste un système qui localise les voyageurs grâce à leur portable afin de les aider à se repérer dans les locaux de manière personnalisée. Le système permet aussi d'identifier les retardataires à l'embarquement et de leur indiquer le moyen le plus court de parvenir à la porte qu'ils doivent rejoindre. À savoir : l'étude de Sita a été menée auprès de cent soixante trois aéroports, parmi ceux qui connaissent les trafics les plus importants. Elle a été réalisée en partenariat avec Airline Business et l'Airports Council International.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas