Valérie Orsoni-Vauthey : La française qui révolutionne le coaching grâce à Internet

Par 04 novembre 2005

Valérie Orsoni-Vauthey est d'origine Corse. Diplômée de l'université de commerce de Hartford dans le Connecticut, elle a notamment travaillé au sein d'une banque française, la Banque de Neuflize. Arrivée dans la Silicon Valley en 2000, elle a créé MyPrivateCoach en 2003. Interview/portrait de la fondatrice et dirigeante de MyPrivateCoach.com

L'Atelier  : Valérie Orsoni-Vauthey, vous dirigez dans la Silicon Valley MyPrivateCoach, que vous avez fondé et qui est aujourd'hui une des plus importantes organisations de coaching américaine et européenne. En quoi consiste votre activité ?
Valérie Orsoni-Vauthey  : MyPrivateCoach offre des programmes de coaching en développement de carrière, en création d'entreprise, en prise de parole en public, en perte de poids et en équilibre de vie. Tous nos coaches (une soixantaine à ce jour à travers le monde, y compris en France) sont très expérimentés, et sélectionnés grâce à un processus drastique (seulement 8 % de réussite). Ils sont tous des experts reconnus dans leur domaine. Ainsi, les coaches en création d'entreprise doivent avoir des expériences réussies dans ce domaine (par exemple une entreprise créée et ayant connue une forte croissance), ou les coaches en développement de carrière une expérience de plusieurs années dans ce domaine (en tant que DRH, consultant en RH ou coach carrière).
Avec la création de MyPrivateCoach, j'ai voulu dépoussiérer le coaching, qui s'apparente encore trop souvent à du conseil ou à de la psychanalyse, plutôt qu'à du vrai coaching orienté sur les résultats, tel qu'il se pratique aux Etats-Unis.
L'Atelier  : Quel est le rôle d'Internet et des nouvelles technologies dans votre rapport à vos clients, alors que le coaching est plutôt un métier de contact direct ?
Valérie Orsoni-Vauthey  : Internet et les nouvelles technologies ont complètement changé notre façon d'exercer notre métier. Nos clients se connectent sur notre site, et vont trouver le coach qui peut répondre à leur demande en ligne, parmi les coachs de MyPrivateCoach. Quel que soit l'endroit du monde où ils se trouvent, ils vont pouvoir trouver un coach susceptible de répondre à leur demande, parlant leur langue et démontrant une expertise dans le domaine concerné. Nous pouvons ainsi couvrir un vaste secteur géographique et atteindre une base de clientèle très large. Grâce à Internet, MyPrivateCoach a aujourd'hui des clients sur pratiquement tous les continents. Et bien entendu, le client va pouvoir régler en ligne le montant de ses séances, de façon parfaitement sécurisée.
Mais Internet a également changé notre façon d'entrer en relation avec nos clients pour les séances de coaching. Nous sommes ainsi de grands utilisateurs de services de voix sur IP, et notamment de Skype. Je viens de terminer une séance avec un de mes clients qui se trouve sur les Îles Fidji sans que cela ne me coûte un dollar. Cela nous permet notamment de réduire très fortement nos coûts, et donc de proposer des services extrêmement compétitifs, à un prix très abordable pour les particuliers.
Enfin, Internet nous permet d'imaginer des applications annexes d'une très grande utilité, et donc de constamment enrichir nos offres. Ainsi, MyPrivateCoach vient de finaliser un partenariat avec la start-up franco-américaine StreamJobs, qui lance dans les prochains jours la première plateforme (bilingue français/anglais) de recrutement en ligne utilisant la technologie du Peer to Peer. Le chercheur d'emploi n'a qu'à télécharger un outil gratuit qui lui permet de renseigner ses compétences et ses critères de recherche. Les recruteurs, qui disposent du même outil, peuvent ainsi en temps réel repérer les CV qui correspondent exactement à leur recherche. Réduction du nombre des CV reçus, meilleure rencontre de l'offre et de la demande sur le marché du travail...Du gagnant/gagnant pour tout le monde. MyPrivateCoach intervient ici en accompagnateur potentiel du chercheur d'emploi, par exemple en le coachant sur l'amélioration de son CV, les techniques d'entretiens de recrutement, ou tout simplement en le conseillant sur ses choix professionnels.
L'Atelier : Vous allez bien au-delà dans l'utilisation d'Internet puisque vous proposez même une émission de radio « 25th Hour », ou la 25 e heure, en Podcast sur votre site. Avec un grand succès, puisqu'il est classé 14éme dans le TOP 50 de Podcastalley, le site de référence en matière d'audience de podcast. Pourquoi avoir développé ce media ?
Valérie Orsoni-Vauthey  : J'adore la notion de podcast ! Comme vous le savez, il s'agit d'une émission de radio que les auditeurs peuvent écouter à leur guise, soit sur le Web, soit en la téléchargeant et en l'écoutant sur leur lecteur MP3. C'est le règne de la liberté !
Cela nous permet de toucher un plus grand nombre de personnes autour de la planète et de partager avec eux les connaissances et les expertises que nous avons acquises au fil des années. Nous avons plusieurs types de rubriques : « comment créer une entreprise » est animé par un de nos coaches certifié en business, Michael Scadden, c'est la directrice de notre siège canadien qui anime notre rubrique « santé et perte de poids », Annette Dykes, et un coach avec 20 ans d'expérience en développement de carrière partage ses secrets sur comment trouver notre prochain emploi en mettant le plus de chances de notre côté. Et nous recevons des invités du monde entier.
Un podcast ne coûte pratiquement rien à produire ! Nous produisons l'émission avec plusieurs outils freeware gratuits, comme Audacity qui permet de presque tout faire : de l'enregistrement, au mixage et à l'encodage MP3. Et tout cela avec un petit micro à 25 dollars !
L'Atelier : Au-delà de ce qu'Internet vous permet d'offrir à vos clients, il est aussi un outil dont vous tirez toutes les potentialités dans la gestion et le fonctionnement de votre entreprise.
Valérie Orsoni-Vauthey  : Effectivement, Internet a aussi révolutionné notre façon de gérer notre entreprise. Tout le système de comptabilité est sur Internet, ce qui fait que mon comptable et mes assistantes y ont accès de n'importe quel endroit sans problème. Ne nous y trompons pas, « sur Internet » ne veut pas dire « non sécurisé » et « vulnérable » - tout est encrypté au plus haut niveau, ce qui nous fait dire que notre comptabilité c'est du « Fort Knox ». C'est d'autant plus utile que mes assistantes sont quasiment virtuelles ! L'une est à New York et l'autre est à Phoenix, et je ne les ai jamais rencontrées physiquement ! Tout se passe par le Web, et nous communiquons par mail, messagerie instantanée, Web cam et bien sûr avec Skype. Pas de coût important de structure, pas de temps perdu en réunion, en déplacement...Et chacun peut travailler à son rythme.
Nous procédons de la même façon pour le recrutement de nos collaborateurs. Les sites de networking social nous sont très utiles, notamment LinkedIn, très puissant pour nouer des contacts clés dans tous les domaines.
Enfin, l'administration et le développement du site passe évidemment aussi par le net. Nous consacrons beaucoup de temps et d'énergie à avoir un bon référencement, point stratégique pour notre positionnement. Ce qui nous permet d'apparaître systématiquement en première page de Google sur les critères qui nous intéressent, sans pour autant être obligé de dépenser de l'argent en liens sponsorisés. Quant à l'administration du site, elle est en grande partie assurée en Bulgarie ! Et nous organisons une tentative d'intrusion par semaine pour s'assurer de la parfaite sécurité de l'ensemble de notre système...
L'Atelier  : Pour conclure, diriez-vous qu'Internet est une révolution pour vous ?
Valérie Orsoni-Vauthey  : Au total, Internet a bien révolutionné notre façon de travailler avec nos clients, d'acquérir et de fidéliser de nouveaux clients, et de mieux communiquer avec eux. Et cela ne fait que commencer... Internet nous a aussi permis de complètement changer notre façon de gérer l'entreprise, en la rendant beaucoup plus souple, fluide, et finalement plus agréable pour chacun des collaborateurs de MyPrivateCoach.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas