Les véhicules se conduisent du regard

Par 26 avril 2010
Mots-clés : Smart city, Europe

Un casque, deux caméras et un système à infrarouge reliés à un ordinateur embarqué permettent de déplacer une voiture simplement par le mouvement des yeux. Un système qui n'intègre pas encore la gestion des vitesses.

Afin de communiquer avec le conducteur, la voiture autonome s'en remettra au regard de celui-ci. Voilà ce sur quoi parie l'université libre de Berlin. Dans le cadre du projet Autonomous, qui travaille sur le développement d'un véhicule entièrement autonome, elle a mis au point un système qui permet de contrôler et de conduire une automobile, grâce aux mouvements des yeux. Comment ? Les mouvements oculaires du conducteur sont enregistrés et convertis en signaux de contrôle qui commandent les roues du véhicule. Le but, à terme : permettre au véhicule d'en référer de manière ponctuelle à l'individu pour choisir une direction. Le dispositif consiste en un casque de cycliste équipé de deux caméras et d'un détecteur infrarouge. L'une des caméras est pointée dans la même direction que le regard de l'individu, quand l'autre filme au contraire les yeux de la personne.
Un système relié à un ordinateur embarqué
Le système infrarouge est relié à la deuxième caméra, et est pointé sur l'œil observé. Un miroir transparent placé devant l'œil de l'utilisateur, qui reflète uniquement la lumière de la diode, est enfin utilisé pour permettre de savoir plus précisément ce que regarde l'individu. Le tout capture la position des pupilles et la portée du regard du conducteur. Cela afin de déterminer à la fois quand l'individu veut tourner, mais aussi la direction globale qu'il souhaite suivre. Toutes ces informations sont envoyées en permanence à l'ordinateur embarqué du véhicule via les réseaux sans-fil, qui est lui-même relié aux roues. Pour le moment, les scientifiques ont mis au point deux programmes de conduite.
Vers une conduite hybride
Le premier, baptisé "Free ride", est complètement manuel et laisse au conducteur la responsabilité de conduire l'automobile par le seul regard. La vitesse, l'accélération et le freinage devant encore être gérés de manière indépendante. Le deuxième est hybride. Le véhicule roule de manière autonome et émet une requête à la personne quand il arrive à une intersection ou un carrefour. A ce moment-là, le dispositif bascule du mode automatique à celui manuel. Et c'est le conducteur qui prend le relais, en intimant la direction à suivre par le regard. Cela en fixant pendant trois secondes le point qu'il souhaite atteindre. Dès que le système a enregistré la demande, il la confirme vocalement, avant de repasser en mode automatique. Le dispositif, développé conjointement avec SensoMotoric Instruments (SMI), a été testé à l'aéroport de Berlin Tempelhof.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas