La vente de données personnelles, amenée à changer l’industrie de la publicité ?

Par 03 juin 2013 2 commentaires
personal data

Un étudiant américain vend ses données personnelles en ligne pour deux euros la journée. Et si tout le monde devenait le maître de ses traces numériques?

Les données personnelles sont jusqu’à présent essentiellement recueillies par le secteur des nouvelles technologies qui, en contrepartie des services offerts aux utilisateurs, se sert des données de ces derniers pour leur vendre des publicités. Mais Fédérico Zannier, un étudiant à l’Université de New York ambitionne de changer la donne, en proposant de vendre ses propres données à travers une campagne sur Kickstarter. En effet, le marché européen des données personnelles pourrait valoir 1000 milliards d’euros en 2020, selon une étude publiée par Boston Consulting Group, et si les individus peuvent devenir les propriétaires de leurs données en ligne, en décidant à qui les vendre, l’industrie de la publicité risquerait de vivre un grand changement.
 

Devenir propriétaires de ses propres données

Pendant environ 50 jours d’affilée, Zannier a enregistré ses données personnelles, allant des adresses des sites qu’il a visités aux endroits où il s’est rendu physiquement, en passant par des trajectoires de ses clics sur des pages d’Internet. Toutes ces données ont été nettoyées avant d’être transformées en images, à l’aide des logiciels de visualisation des données. Zannier offre donc de vendre ses données personnelles pour 2 dollars par jour, mais plus important encore, l’étudiant souhaiterait mettre au point un plug-in qui s'ajouterait aux différents navigateurs, ainsi qu’une application mobile, qui permettraient à une personne lambda de traquer et de collecter ses propres données. En lançant cette initiative, Zannier envisage de donner à chacun le moyen de monétiser ses propres empreintes numériques, qui sont jusqu’à ici utilisées par des web-marketeurs sans rien payer aux propriétaires de ces données. A 8 jours de la fin de cette campagne, Zannier a déjà reçu plus de 2000 dollars venant de 175 donateurs.
 

L’avenir de la monétisation des données par leurs propriétaires

L’initiative de Zannier soulève la question autour du traitement des données personnelles. «Actuellement, il existe deux manières de monétiser nos  traces numériques» explique Paul Olivier Gibert, chef du cabinet digital&Ethics, spécialisé dans la protection des données personnelles  « La première consiste à les vendre directement aux entreprises, comme l’a fait Zannier. La deuxième est de les échanger contre un service, des coupons, un voyage à tarif réduit, etc » poursuit le spécialiste. Les entreprises comme Personal ou encore la startup française Yes Profile donnent la possibilité  aux internautes de décider à qui louer ses données personnelles et de recevoir en contrepartie une rétribution. « Mais à l’heure actuelle la collecte des données reste un processus fastidieux qui n’est pas à la portée de tout le monde » remarque M. Gibert. « Ce qui est sûr, c’est que  le marché des données personnelles est colossal et que les individus sont de plus en plus conscients de la valeur de leurs empreintes numériques ». Paul Olivier Gibert pense que, à l’avenir les entreprises intermédiaires qui permettront aux individus de devenir maîtres de leurs données vont sans doute apparaître comme étant un acteur majeur dans le domaine des publicités personnalisées.
 

Haut de page

2 Commentaires

Auriez-vous l'URL du service Personal svp ?

Soumis par Guillaume (non vérifié) - le 04 juin 2013 à 10h59

Merci d'avoir ajouté les URL ;-)

Par contre, l'application mobile Personal.com ne fait pas de monétisation des données personnelles auprès de publicitaires : elle n'est qu'un conteneur numérique de données afin de les stocker de manière « sécurisée » (chez un tiers : un comble !) et d'en faciliter l'utilisation (notamment pour s'identifier sur un site, etc.).

On est donc loin de la commercialisation des données personnelles, même si l'application est payante (environ $30).

Soumis par deckarudo - le 05 juin 2013 à 19h14

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas