Les ventes de logiciels de loisir progressent fortement.

Par 08 décembre 1999
Mots-clés : Smart city, Europe

Selon une étude réalisée par l'institut GfK pour le compte du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisir (SELL), le marché du logiciel de loisir a encore fortement progressé cette année. En 199...

Selon une étude réalisée par l'institut GfK pour le compte du Syndicat des
éditeurs de logiciels de loisir (SELL), le marché du logiciel de loisir a
encore fortement progressé cette année.
En 1999, les ventes de CD-Rom pour micro-ordinateur et de logiciels pour
consoles de jeux devraient en France progresser de 26 % avec 23 millions
d'unités vendues, contre 18 millions en 1998. Le chiffre d'affaires de ce
secteur devrait dépasser les 5 milliards de F, contre 4,5 milliards l'an
dernier, soit une progression de 11 %.
11,3 millions de CD-Rom pour PC, dont le prix moyen est passé de 345 F en
1994 à 199 F en 1999, seront vendus cette année, contre 9,3 millions en
1998. Le chiffre d'affaires s'élève à 2,25 milliards de F, en hausse de
13,5 %.
Les logiciels de jeux représentent 48 % du marché. La part des logiciels
éducatifs a fortement progressé cette année (21 %), comme celle des
logiciels appartenant à la catégorie "vie pratique" (17 %). Les logiciels
culturels et encyclopédiques, un peu plus chers, ont représenté 12 % des
ventes.
11,6 millions de logiciels pour consoles seront vendus cette année, soit
une progression de 33 % (8,7 millions d'unités en 1998). Ces logiciels
pour consoles , dont le prix moyen a chuté lui aussi en deux ans de 17 %,
génère un chiffre d'affaires de 2,85 milliards de F.
En publiant ces chiffres, le SELL s'est néanmoins inquiété de la forte
progression des copies pirates. Selon GfK, plus de 510 000 foyers français
sont équipés désormais d'un graveur de CD-Rom. Avec plus de 60 millions
d'unités vendues en 1999, soit trois fois plus qu'en 1998, le marché des
CD-R explose. Ces CD-R, destinés théoriquement à la sauvegarde de données,
sont utilisés de plus en plus pour copier frauduleusement des CD audio et
des logiciels de jeux pour PC. Les éditeurs de logiciels estiment leur
préjudice à 100 F par création interactive non vendue à cause de son
copiage sur support vierge.
(Christine Weissrock - Atelier Paribas)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas