Vers des centres de calcul verts !

Par 28 mars 2008
Mots-clés : Digital Working

Consolidation, virtualisation, meilleure gestion des processeurs : toutes les pistes sont envisagées pour rendre les datacenters moins gourmands tout en améliorant leurs performances.

Les solutions d’optimisation logicielles apportent des alternatives séduisantes à la consommation d'énergie superflue due aux ajouts de matériels. C'est ce que Symantec, qui a racheté il y a deux ans la technologie de Veritas Software, a pu constater. L'entreprise a mené une enquête auprès de grands groupes. Celle-ci a permis de vérifier un vrai retard dans la mise en œuvre des solutions de réduction des dépenses énergétiques : ainsi on dénombre seulement un centre de calcul "vert" pour six datacenters. Pourtant, les pistes de la consolidation et de la virtualisation sont plébiscitées. 60 % des entreprises se déclarent prêtes à utiliser ces solutions. C'est dans cette optique que Sun et Symantec travaillent de concert pour réduire cette consommation d'énergie, selon différents axes.
La gestion des stocks est essentielle
Le premier est l’axe des serveurs, dont il faut optimiser les usages : ceci via une logique de provisionnement des CPU et de la mémoire en fonction de la criticité des processus et des données. Le second axe est celui du stockage qui comprend entre autres la lutte contre les copies multiples de données. La virtualisation permet de créer et d'héberger plusieurs systèmes logiques sur une même plate-forme physique. Grâce à cela, on accroît le temps d’utilisation effectif de la ressource. Mais la complexité grandit aussi. Symantec résout cette contradiction en rendant transparente la gestion des espaces de stockage, des ressources matérielles, de la sécurité, et en proposant les mêmes fonctionnalités que l’on soit dans un environnement physique ou virtuel. Car les départements de l’entreprise ont pris l’habitude d’acquérir des solutions chez des constructeurs différents. Ils ont laissé proliférer un peu partout une présence de données sur des machines coûteuses alors que ce n’était pas nécessaire.
Réductions drastiques en énergie
Là aussi, des solutions logicielles permettent de reprendre pied, d’orchestrer le stockage et de redonner la priorité aux données qui en ont besoin. L’impact sur la consommation est également très intéressant, puisque certaines ressources de stockage utilisent jusqu’à soixante-quatre fois moins d’électricité que les plus gourmandes ! La consolidation est aussi une avancée concrète en termes de green IT. Symantec organise par exemple la haute disponibilité de pool de serveurs en rassemblant sur un seul serveur supplémentaire les fonctions qui feront repartir une des applications de ce pool physique. Cela permet de diminuer presque de moitié le nombre de machines nécessaires.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas