Vers des moteurs de recherche plus personnalisés et moins lourds ?

Par 24 septembre 2013 1 commentaire
search engine

Un groupe de chercheurs américains a mis en place un nouvel algorithme pour les moteurs de recherche, capable de contextualiser les requêtes.

Les moteurs de recherche actuels, basés sur le système des mots clés, vont-ils progressivement laisser la place à de nouvelles approches, capables de mieux interpréter les requêtes ? Si l’on s’en tient aux avancées technologiques en cours, alors les moteurs de recherche de prochaine génération devront offrir une expérience personalisée. Après l’équipe de Taguage, les chercheurs à l’Université de la Caroline du Nord s’y sont attelés, en imaginant un nouvel algorithme.  Ce-dernier permet de prendre en compte les requêtes antécédentes d’un utilisateur afin de  lui fournir des résultats les plus optimisés, et ce sans avoir à consommer massivement des ressources informatiques.

La personnalisation au-delà du profiling

En effet, lorsqu’un mot clé comporte une interprétation multiple possible, les moteurs de recherche traditionnels fournissent des réponses identiques, indépendamment du profil de la personne en face. Et même, « le fait de constituer le profil d’un utilisateur ne résout rien au problème » commente Anyanwu, un des chercheurs à l’origine de ce projet. Car, en tapant le même mot clé, une même personne peut vouloir des informations différentes à des moments différents. A titre d’exemple, si un utilisateur entre le terme « vitesse Jaguar », veut-il dire la puissante calculatrice, le félin dans la jungle ou la voiture ? Pour cela, les chercheurs ont mis en place la technique dite « ambient query context », qui consiste à consulter les requêtes les plus récentes d’un utilisateur pour aider à interpréter sa recherche en cours. Ainsi, si parmi ses recherches antécédentes figure un terme comme « l’animal » ou « sauvage », les résultats liés au félin seront mis en avant.

Une nouvelle architecture pour une meilleure efficacité

Le revers de la médaille de ce système est qu’il nécessite une puissance de calcul phénoménale pour chaque utilisateur. A ce stade, l’équipe de recherche d’Anyanwu a réussi à mettre en place une technique qui comprend de nouvelles façons de représenter des données, de les indexer, ainsi qu’une nouvelle architecture de calcul afin que ces données puissent être consultées de manière efficace. La nouvelle indexation et architecture informatique permet à environ 2900 utilisateurs  d’effectuer simultanément une recherche personnalisée à l’aide d’une machine de 8 GB, soit 100 fois plus efficace que leur première réalisation. « Cela rend notre concept plus pratique et nous sommes désormais près pour réaliser le moteur de recherche de prochaine génération » conclut-il.

Haut de page

1 Commentaire

Un moteur de recherche d'une société de Clermont ferrand faisait exactement la même chose il y a plus de 10 ans avec des résultats bien meilleurs que google.Dés lors pourquoi tant de retard sur le sujet! c'est une evidence de contextualiser. Mais il y a un autre graal consécutif a trouver: l'affichage spécifique contextualisé sous d'autres formes que des camemberts ou des points encore moins des phrases ! il existe des brevets sur cela qui ont une grande antériorité,mais il est parfois nefaste d'avoir raison trop tôt. Peut etre l'air et l'eau des volcans permet de se penser autrement que dans l'ère centralisée de la tremblante du mouton surexcité des grandes villes.Un point positif sur ce concept de la contextualisation:Nous sommes à présent enfin a maturité des buzzer qui n'ont d'autre choix que de penser les moteurs de recherche autrement... Que d'entousiasme cependant pour un concept qui existe déja depuis longtemps , certes sous la forme d'un autre algo et certainement d'autres technologies et alors?, ce qui compte c'est le résultat et il etait probant...
Les Français aussi peuvent et doivent etre force de proposition dans le digital le big et le cloud et les moteurs! nous avons même des arguments différenciants pensons nous autrement et agissons. C'est une question de posture et d'accompagnement du changement et de l'innovation. Ce n'est en rien du chauvinisme c'est de la survie.

Soumis par Bourquin (non vérifié) - le 25 septembre 2013 à 08h50

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas