Vers un élargissement de la bande de fréquence pour les puces RFID

Par 14 février 2006

Le gouvernement souhaite accélérer le développement d'applications civiles qui utilisent des puces RFID (Radio Frequency Identification). Michèle Alliot-Marie, la ministre de la Défense et...

Le gouvernement souhaite accélérer le développement d'applications civiles qui utilisent des puces RFID (Radio Frequency Identification). Michèle Alliot-Marie, la ministre de la Défense et François Loos, le ministre délégué à l'Industrie souhaitent donc lever les obstacles au développement de ces applications.
 
Les deux ministres ont demandé au Bureau Militaire National des Fréquences (BMNF) et à la Direction Générale des Entreprises (DGE) de discuter avec l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) pour assouplir la réglementation en vigueur. Le gouvernement souhaite que soient autorisés les "interrogateurs émettant jusqu'à une puissance de 2 Watts", en maintenant des interdictions sur certains sites sensibles comme des bases militaires.
 
La technologie RFID a des applications multiples et elle est d'ailleurs déjà utilisée en France. Ainsi, les forfaits de ski sont des cartes munies de puces RFID ou encore les futurs passeports biométriques et le chronométrage des sportifs.
 
Aux Etats-Unis, des grandes de chaînes de distribution comme Wal-Mart testent déjà des étiquettes RFID pour gérer les ruptures de stocks. François Loos avait demandé la réalisation d'une étude du Conseil Général des Technologies de l'Information (CGTI) pour évaluer les enjeux industriels. Le cabinet d'études Gartner estime que le marché de la RFID pourrait atteindre 3 milliards de dollars d'ici 2010.
 
L'utilisation de la technologie RFID pose un certain nombre de questions notamment concernant le vol de données personnelles ou bien la sécurité et le respect de la vie privée. "L'assouplissement de la réglementation pourrait être formalisée lors de la prochaine réunion de la Commission de Planification des Fréquences de l'Agence Nationale des Fréquences (ANFR), en mars 2006", peut-on lire dans un communiqué. L'Arcep pourrait ensuite publier une décision en juin prochain.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 14/02/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas