Vers une identification automatique des déficits en compétences

Par 05 août 2009
Mots-clés : Smart city

Avec Prolix, les entreprises seront à même d'identifier les manques dans la formation de leurs salariés face aux besoins métiers.

Il parait logique de lier autant que possible la formation individuelle des salariés avec les besoins de leur entreprise. Mais encore faut-il pouvoir identifier le niveau de compétence des collaborateurs et le relier aux exigences métiers. Issu d'une initiative européenne, le projet Prolix a justement en ligne de mire l'automatisation du processus d'analyse et d'identification des besoins. "Aujourd'hui la formation dans les entreprises est un processus lourd, qui se décide à haut niveau et bien en avance", explique à L'Atelier Bertrand Duperrin, consultant chez BlueKiwi. "Pourtant les collaborateurs ont besoin de combler leur manque de connaissance d'une façon immédiate et quotidienne".
Analyser les métiers
"Il existe donc un écart entre le besoin de l'entreprise et le temps pour l'identifier au niveau du collaborateur". C'est aux chefs de projet et aux responsables des ressources humaines que revient d'alimenter le logiciel en données de base. Cet apport en information doit être continue dans le temps car, comme le rappellent les responsables du projet Prolix, les produits et les services changent et évoluent, créant de nouveaux écarts. Le logiciel a été testé dans plusieurs sociétés européennes. Notamment, dans un centre d'appels d'un opérateur mobile. Dans ce centre, il existe trois niveaux de support pour les clients, explique Volker Zimmerman, responsable du projet Prolix.
Un contact humain indispensable
"Si une opératrice au premier niveau ne sait pas répondre à la question d'un consommateur, elle appelle ses supérieurs du deuxième ou même troisième niveau. C'est un gaspillage de temps et d'argent''. Selon lui, l'identification du manque de formation sur chacun des niveaux augmentera la productivité et la rentabilité de l'entreprise. Un logiciel comme Prolix ne remplacera pas le contact humain. "La solution d'identification des besoins idéale doit être accompagnée d'autres outils 2.0 pour renforcer la collaboration et l'échange naturel entre les collègues", explique Bertrand Duperrin.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas