Vers des véhicules conscients ?

Par 31 décembre 2009
Mots-clés : Smart city

Pour détendre les conducteurs, Ford et le MIT étudient l'utilisation d'une combinaison de capteurs biométriques et de systèmes d'aide à la conduite

Après avoir amené la communication dans les véhicules, des chercheurs veulent y ajouter un supplément d'âme. « Les conducteurs d’aujourd’hui sont plus anxieux que dans le passé », explique Joseph Coughlin du laboratoire AgeLab du MIT. « Cela est dû à un temps de transport plus long et à un besoin croissant d’attention du fait des embouteillages et de la détérioration des infrastructures ». C’est pourquoi le laboratoire s’est lancé - en collaboration avec Ford - dans un vaste projet dont l’objectif est de réduire au maximum le niveau de stress au volant. Comment ? En identifiant les situations stressantes, en alertant véhicule et conducteur et en facilitant le retour à un niveau de stress optimal. Dans ce dessein, les chercheurs ont équipé la Lincoln MKS du constructeur américain de divers capteurs.
Améliorer la connexion entre le véhicule et son conducteur
Pour les phases de test, les conducteurs sont également équipés de capteurs biométriques pour évaluer le rythme cardiaque, la conductivité de la peau et les mouvements. Les chercheurs du MIT cherchent à mettre en place un système de détection de divers paramètres qui à terme pourraient équiper les véhicules du constructeur américain partenaire. « Améliorer la connexion entre la voiture et son chauffeur grâce à la biométrie est la prochaine étape dans le développement de véhicules conscients », explique un des chercheurs. L’utilisation et l’incorporation de technologies existantes - telles que l’Adaptative Cruise Control, les avertisseurs de collision ou les systèmes de communication basés sur la reconnaissance vocale - seront étudiées pour déterminer leur impact sur la réduction du stress.
Créer un environnement de conduite confortable
« L’objectif de ce programme est de créer un environnement de conduite le plus confortable possible de manière à ce que le conducteur soit toujours relaxé, calme et dans les meilleures dispositions possibles », précise le chercheur. La Lincoln MKS constituera un véhicule de test idéal pour les chercheurs, étant donné qu’elle est déjà équipée de nombreux équipements d’assistance à la conduite. Parmi eux, on trouve un système d’information relatif aux angles morts, un autre d’alerte aux croisements, le soutien au freinage etc. Les premières phases d’expérimentation démarreront en janvier 2010 pour une durée de six mois.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas