La vidéo confirme son impact de plus en plus majeur sur le trafic web

Par 01 juin 2011
Vidéo sur Internet

Le nombre de données échangées connaît une croissance permanente, en grande partie due à la vidéo. Géographiquement parlant, c'est l'Asie qui s'annonce comme un consommateur majeur.

A en croire une étude du cabinet anglais Informa Telecom & Media, le trafic Internet a toutes les chances d’être multiplié par sept entre 2010 et 2015 : les internautes dans le monde téléchargeront 1,2 millions de pétaoctets de données par année d'ici cette échéance. Et c’est l’Asie qui devrait dominer cette tendance, en regroupant plus de 40 % du trafic total mondial à cette date. Cela, devant l’Amérique du Nord. Sans surprise, c’est le visionnage de vidéos qui connaîtra la croissance la plus significative. Le cabinet cite comme exemple la popularité des services comme BBC iPlayer et Netflix ou encore des services de stockage ou de sauvegarde de données en ligne comme Rapidshare et Dropbox qui connaissent une croissance considérable.

Le poids du nombre d’internautes

"La Chine devrait peser lourd dans la balance des tendances car elle représentera à elle seule 670 millions d’internautes d’ici 2015", explique Giles Cottle analyste au cabinet Informa Telecom & Media. Avant d’ajouter que "même si chacun de ces utilisateur ne va pas avoir un usage particulièrement important du web, collectivement cela pèse". L’étude précise également qu’au sein de la région Asie, on remarque des différences dans l’usage d’Internet entre les marchés développés et ceux en voie de développement. En Corée du sud et au Japon par exemple, si les internautes sont satisfaits du réseau à large bande, ils l’utilisent de manière différente.

Des différences notoires selon les régions

La Corée du sud est le pays où le taux d’utilisation d’Internet par utilisateur est le plus élevé. A l’inverse, au Japon, cet usage par habitant est plus bas qu’en Espagne et en Italie. Les raisons ? L’Internet mobile est beaucoup plus développé au Japon qu’en Corée du Sud et le piratage au Japon est nettement moins important qu’en Corée du Sud où le cabinet note un fort taux d’acquisition de contenus sur des sites de stockage en ligne. 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas