Quand la vidéo humanise le sondage en ligne

Par 06 janvier 2012
Mots-clés : Smart city, Europe
face survey

L'utilisation de vidéos ludiques et cliquables pourraient combiner les avantages des questionnaires en ligne et ceux effectués avec un interlocuteur humain. Reste que ce format n'est pas adapté à tous les publics.

Si la consultation de vidéos fait partie des usages en pleine croissance sur le web, pourquoi ne pas les utiliser dans le cadre de la réalisation de sondages ? Dans ce sens, Property Week a ainsi choisi de se lancer sur ce support dans le cadre du salon international pour les décideurs de l'immobilier de commerce, MAPIC, qui se tenait à Cannes en novembre dernier. Au cours d'une vidéo d'environ 3 minutes, présentée comme un mini-reportage, un interlocuteur posait différentes questions à l'internaute à propos du marché de l'immobilier. La vidéo s'arrêtait à intervalles réguliers pour permettre à l'utilisateur de répondre en cliquant sur les options apparaissant à l'écran, sous formes  de boutons ou de menus déroulants. Suivant les choix effectués, la vidéo pouvait emprunter plusieurs chemins.

Des fonctionnalités dynamiques, pouvant maintenir l'attention

Un procédé censé augmenter significativement l'engagement et la participation des personnes interrogées, selon les auteurs de cette vidéo. D'après Frédéric Micheau, directeur adjoint du département Opinion et Stratégies d'Entreprises chez IFOP, et interrogé par L’Atelier, la solution présente plusieurs avantages : "L'interviewé est stimulé, plus libre dans ses propos, car il n'a pas le regard de l'enquêteur braqué sur lui. De plus, la vidéo permet la réintroduction d'une certaine relation humaine sur Internet, grâce à un visage". Alors qu’il est impossible en théorie de relancer un interlocuteur lassé ou récalcitrant lors d’un sondage classique en ligne (expliquant ainsi un taux d’abandon plus élevé sur ce support), l’apport de la vidéo permet de pallier partiellement ce problème.”L’interaction demandée par ce format crée une dynamique, un aspect ludique qui permet de maintenir l'attention tout au long du questionnaire."

Des données plus faciles à traiter

Il est néanmoins recommander de ne pas trop prolonger l'expérience et de se cantonner à des formats courts de 2 à 4 minutes. Même si cette technique est encore émergente, elle reste facile à mettre en œuvre et présente peu de contraintes techniques. Ces vidéos interactives devraient se multiplier dans les années à venir et suivre le développement du sondage sur Internet. "La rapidité de traitement des données est bien supérieure sur ce types de supports et les coûts sont faibles", continue Frédéric Micheau. "Attention toutefois, les questionnaires en ligne ne s'adaptent pas à tous les sujets ou populations." Les personnes de plus de 65 ans sont encore peu accessibles par ce biais, du fait de leur taux d'équipement encore faible. En revanche, Internet serait le support privilégié à utiliser pour les moins de 25 ans.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas