La vie sur le campus est désormais numérique

Par 18 décembre 2009 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

Les étudiants se reposent plus sur les technologies pour étudier et communiquer sur le site de leur université que leurs aînés. Au point de ne plus pouvoir se passer de leur portable ou d'Internet.

On savait la génération Y plus connectée que les générations précédentes. Ce qu’on connaît moins, en revanche, ce sont les conséquences que cela peut avoir sur leur lieu d’études. C’est Twix qui nous l’apprend grâce à une étude menée auprès d’un millier d’étudiants américains. Alors que les livres électroniques commencent doucement à se faire une place au soleil dans le milieu universitaire, on ne sera pas surpris de constater le déclin des bibliothèques dans le coeur des étudiants. Interrogés sur l’élément dont ils ne pourraient pas se passer à l’université, ils sont en effet 40 % à citer Internet et les médias sociaux contre moins de 5 % à considérer la bibliothèque universitaire comme leur étant indispensable. L’évolution est très nette par rapport à la génération de leurs parents.
Les conversations passent de plus en plus par les technologies
Les étudiants des années 1970 et 1980 étaient dix fois plus nombreux à considérer la bibliothèque comme le panacée de leur campus. L’influence des nouvelles technologies se retrouve aussi dans la manière dont les étudiants interagissent. La communication interne au campus est quatre fois plus susceptible d’être numérique qu’il y a trente ans. Aujourd’hui, à peine plus de la moitié des conversations quotidiennes se font en face à face, alors que cela représentait 80 % des interactions de leurs parents. Cela explique sans doute que les étudiants sont de plus en plus nombreux à consacrer leur temps de pause à leur ordinateur. Ils sont plus de 60 % à le faire, c’est sept fois plus que ceux qui se tournent vers leur téléviseur. La télévision séduisait encore près de 30 % des étudiants il y a 10 ans, même s’ils étaient déjà deux fois plus nombreux à lui préférer un ordinateur.
Un étudiant non connecté est un étudiant isolé
En revanche, la génération X et les baby-boomers avaient une claire préférence pour le poste de télévision. Autre signe de cette numérisation croissante des rapports sur les campus, les étudiants affirment majoritairement préférer se séparer temporairement d’un de leur proche plutôt que de passer une semaine sans téléphone ni Internet. Dans le milieu étudiant, la non connectivité est donc devenue synonyme d’isolement. L’étude stipule cependant que les étudiants d’aujourd’hui ne sont pas seulement plus connectés que leurs aînés, ils sont aussi plus concentrés sur leur carrière. Trois quarts d’entre eux arrivent à l’université avec l’idée d’obtenir un travail une fois diplômés. Un chiffre nettement supérieur à celui de leurs aînés.

Haut de page

1 Commentaire

Beaucoup de technologie, l'humain change beaucoup, peut-être trop lors des dernières années. Les bibliothèques sont de plus en plus numérisées et les vieux livres de papier ne sont que des souvenirs pour les jeunes, c'est dommage.

Soumis par Mihail (non vérifié) - le 21 décembre 2009 à 00h57

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas