Le village mongol est un avion comme un autre

Par 10 avril 2008

Altobridge fournit des solutions qui permettent les appels mobiles en vol. Il adapte sa technologie afin d'assurer un réseau GSM aux zones isolées de Mongolie.

La firme irlandaise Altobridge a remporté le marché des communications mobiles en Mongolie, en signant un contrat pour une durée de trois ans avec Mobicom, numéro un des Télécoms mongoles. L'enjeu du marché est de réussir à couvrir des zones rurales isolées à un coût limité. Altobridge s'était déjà faite remarquer en lançant le premier système permettant des appels mobiles à bord d'un avion, AeroMobile. Désormais, c'est à d'autres types de zones non couvertes qu'elle s'attaque. Le système s'appuie sur la solution de transmission par satellite Local Community Communications (LCC), qui permet d'assurer la couverture par un réseau GSM des zones les plus reculées en Mongolie. Ce, avec une connexion "à la demande". Un réseau satellitaire habituel laisse les bandes ouvertes et utilisables en permanence. Altobridge permet d'utiliser la ligne seulement en cas d'appel : "s'il n'y a pas de signal, la connexion ne se fait pas et donc on ne paie pas", explique à L'Atelier Janne Hazell, directeur des solutions en RCC chez Altobridge.
Réseau mobile en zone rurale
"Une solution particulièrement adaptée aux petites communautés, qui ne font pas encore un usage fréquent de leurs mobiles". Il précise par ailleurs que la réduction des coûts n'a pas été effectuée en sacrifiant la qualité sonore," même si après compression le débit d'une communication voix est de 5 kbits/s par seconde, soit un tiers de moins que nos concurrents". Le système forme ainsi une cellule de transmission autonome, qui relaie les communications locales : les appels sont acheminés via une Base Station Controller. La solution s'intègre à l'infrastructure préexistante, indépendamment de l'opérateur qui fournit le réseau. Le dispositif optimise également l'acheminement du trafic depuis les sites couverts jusqu'aux points de présence centralisés. Enfin, la LCC peut être déployée avec toutes les technologies de "backhaul" (satellite, Microwave et E1) et peut être appliquée sur tous les réseaux GSM. Ce projet vise donc les communautés isolées, et s'avère aussi pratique pour les entreprises. En particulier celles exploitant les ressources naturelles, et qui se retrouvent souvent dans des environnements reculés et peu couverts par le réseau mobile.
Un logiciel inspiré de la RCC
"La technologie utilisée est issue de celle à la base d'Aeromobile" explique Janne Hazell. "Il s'agit de la RCC, ou Remote Continuous Communication Unit". Ce système est une solution portable, élaborée pour les situations d'urgence, dans des environnements hostiles et isolés : suite à des catastrophes naturelles, attentats... Il apporte alors une alternative au manque d'infrastructures et permet l'établissement rapide des communications. Le dispositif se base sur une plate-forme, la AM Gateway Platform, une station de contrôle des transmissions autonome. Les appels sont acheminés via le réseau satellite Inmarsat. Altobridge a peu à peu appliqué son logiciel à des environnements reculés, non couverts par des réseaux mobiles : avions, bateaux, zones rurales profondes. Notons que la LCC a déjà été commercialisée en 2007 en Malaisie.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas