La ville se détaille avec le projet Mobvis

Par 05 janvier 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

La technologie reconstitue le squelette des villes de façon très détaillée en utilisant la géolocalisation et la reconnaissance d'images.

Un cliché ne donne pas beaucoup d'indications. Cela n'est plus le cas s'il est accompagné d'hyperliens fournissant des caractéristiques informatives sur des immeubles, des monuments, ou encore des mobiliers urbains proches de l'endroit photographié. Mobvis* rend cela réalisable, grâce à la géolocalisation mobile multimode, la reconnaissance visuelle des objets et enfin la cartographie intelligente. Ce système fournit toutes les informations adéquates relatives à l'image photographiée à partir des résultats trouvés dans sa propre base de données. Ce système devrait donner des informations aussi variées que pertinentes et ce, sur un large espace. "Des technologies du même type existent déjà mais nous avons réussi à améliorer la reconnaissance visuelle de l'image", indique Lucas Paletta, coordinateur du projet, contacté par L'Atelier.
À la fois guide touristique interactif et GPS
"Notre système fonctionne quels que soient l'angle de prise, la qualité de la lumière et du grain de l'image". Il détecte toutes les informations relatives à l'urbanisme (passages piétons, panneaux de signalisation, etc.), détermine le contexte dans lequel évolue l'usager. Ce dernier, marchant dans une zone piétonne, pourra obtenir toutes les informations nécessaires sur les magasins alentour (prix, marques distribuées, etc.). Ceci peut constituer un bon outil marketing : les marketeurs pourront communiquer sur leurs produits à moindre coût et plus efficacement. Ce dispositif s'avérera également bénéfique en matière de tourisme interactif. Pour ce qui est de l'immobilier, agents comme acheteurs pourront obtenir tous les renseignements nécessaires sur un lieu donné.
Le mobile qui voit pour nous
Le mobile doté du système Mobvis pourra également se substituer au GPS, en détectant les données géographiques grâce à des capteurs inertiels, des caméras, un compteur de pas, etc. Ceci peut s'avérer particulièrement utile dans des lieux où la réception du signal GPS est mauvaise. Le service utilise les données cartographiques de la société Tele Atlas. C'est grâce à ce partenariat que Mobvis a initialement reconstitué le squelette de villes telles Graz (Autriche), Ljubjana (Slovénie) et Darmstadt (Allemagne)."Nous ne connaissons pas encore toutes les applications qui peuvent découler d'une telle découverte," remarque Lucas Paletta. In fine, ce système pourrait devenir un œil de substitution pour les non-voyants. Il n'est pour l'instant pas encore accessible au grand public.
* Projet européen en collaboration avec ICT Results'

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas