La virtualisation de l'information médicale bénéficie à tous

Par 12 septembre 2008 1 commentaire

De plus en plus de dossiers médicaux sont informatisés. Avantages : meilleure circulation de l'information, diminution du coût des soins, ROI positif pour les hôpitaux... Mais un business model viable reste à consolider.

Permettre la circulation par voie électronique du dossier médical des patients entre ces derniers, les professionnels de santé et les hôpitaux a un impact direct sur le coût et la qualité des soins donnés aux malades. La conclusion est tirée par la Fondation eHealth Initiative, qui vient de réaliser une étude* sur le sujet. Selon elle, près des trois quarts des professionnels de la santé interrogés estiment en effet que la virtualisation et le partage des informations - en constante augmentation dans les centre de soins - permet de diminuer le nombre de tests doublons effectués sur un même patient. Elle réduit aussi le nombre d'admissions pour erreur médicale, allergie ou interaction médicamenteuse. Autant de facteurs qui permettent de baisser la facture payée par le secteur. Et donc de réduire le prix des soins pour les malades.
Un impact positif sur le ROI
Mais pas seulement : cette nouvelle gestion de l'information a aussi un impact sur le Retour sur investissement des institutions participantes. 70 % des répondants annoncent ainsi un retour financier positif dans leur organisation (hôpital, laboratoire, centre de soins...), contre 30 % seulement l'an passé. La prise en charge du patient est aussi impactée : accès facilité à son dossier et à ses résultats d'examens, plus grande facilité à diagnostiquer une pathologie génétique... "L'impact potentiel de la virtualisation du secteur médical se réalise", souligne Janet Marchibroda, PDG de eHealth Initiative. Avant de déclarer le succès total de la virtualisation de l'information santé, plusieurs facteurs restent encore à améliorer.
Atteindre un business model viable
"Sécuriser nos investissements et parvenir à mettre en place un business model viable font partie des challenges les plus difficiles auxquels les Etats et les institutions qui ont lancé des initiatives de partage de l'information santé doivent faire face", explique Rachel Block, directrice exécutive de la New York eHealth Collaborative. Et pour la moitié des personnes ayant participé à l'étude, de tels défis sont difficiles à réaliser. Rien d'inatteignable cependant. "La bonne nouvelle, c'est que plusieurs étapes ont déjà été franchies dans ce sens : de nombreux Etats ont appris à collaborer et à partager leurs coûts avec toutes les parties concernées. Cette démarche est finalement bénéfique à tout le monde, et plus particulièrement aux patients", conclut la directrice exécutive.
*Etude réalisée auprès de professionnels issus de cent trente centres de soins répartis dans quarante-huit Etats américains.

Haut de page

1 Commentaire

Mediprofil, une société Canadienne, numérise et met en ligne des dossiers médicaux. Copie parfaire du dossier papier mais hébergée sur un site sécurise, gérée par le patient et accessible d'un simple "clic" partout dans le monde. Il est vrai que nos abonnés sont pleinement satisfaits de ce service et que les professionnels de la santé qui recoivent un patient abonné à Mediprofil ont une photographie exacte des antécédents médicaux et de l'histoire médicale. Un gain de temps, une sécurité accrue, et de réelle économie pour le système de santé.
Mediprofil va bientôt s'implanter en Europe. "Mediprofil-Europe" sera traduit en 5 langues pour répondre aux exigences de la commisssion européenne et correspond parfaitement au projet du DMP Français. Des entreprises Française et des cliniques privées ont déjà exprimées leur intérêt d'offrir à leus patients et cadres expatriés la solution "Mediprofil"

Soumis par Braindot (non vérifié) - le 14 septembre 2008 à 13h45

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas