Des virus génétiquement modifiés pour transmettre de l'énergie

Par 29 octobre 2015 1 commentaire
virus

Quand on sait que les plantes arrivent à transformer la lumière du soleil en énergie grâce à la photosynthèse, le tout sans pertes inutiles, on comprend que de grands progrès sont possibles dans le domaine de l'énergie et notamment des panneaux solaires.

Les meilleurs panneaux solaires actuellement sur le marché peuvent convertir au mieux 44% de la lumière qu'ils absorbent en énergie. La majeure partie de la perte a lieu entre les capteurs qui reçoivent la luminosité et les centres qui procèdent ensuite à la transformation.

La forte hausse de la demande sur le marché énergétique oblige les scientifiques à se pencher sur ce problème pour maximiser autant que possible l'efficacité des panneaux. Des chercheurs du MIT ont réussi à prendre avantage des spécificités quantiques propres aux plantes et à en doter des virus en modifiant génétiquement leur ADN.

 

 

Ces virus ne peuvent pas encore produire leur propre énergie comme le font les plantes mais ils peuvent la transmettre de manière beaucoup plus rapide et sur des plus longues distances que ce qui se fait actuellement dans les panneaux solaires. A l'approche de la COP21, cette découverte laisse entrevoir un futur prometteur pour le secteur de l'énergie solaire.

Haut de page

1 Commentaire

N'y aurait-il pas ici une confusion entre les 44 % de photons exploités, et il reste donc bien des progrès à faire dans ce domaine, et les déperditions propres à l'acheminement de l'énergie captée ?

Merci et cordialement

Soumis par Marty André (non vérifié) - le 30 octobre 2015 à 17h17

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas