Pour vivre heureux, vivons cachés…

Par 16 décembre 2011
main gantée sur un clavier

Dans la série "les réseaux sociaux favorisent la peste, le choléra, et la vente des CD de Justin Bieber", un nouvel épisode vient de voir le jour. Et cette fois, vos biens mobiliers et immobiliers risquent d'y passer...

 

Explications: d'après les chercheurs de l'institut Newspoll Market & Social Research, qui ont mené une étude auprès de 2000 australiens, le fait de publier des photos de vacances via un profil Facebook ou Twitter reviendrait en fait à signaler aux voleurs de tout poil la vacuité de votre domicile.

Or, comme le font remarquer les chercheurs dans un élan de bon sens et de lucidité, "peu de gens quittent leur maison en signalant leur absence par un panneau ou une bannière". Et d'ajouter "or c'est exactement ce que font les 37% d'utilisateurs qui postent leur localisation sur un réseau"

Et là question: les australiens sont-ils un peuple de bisounours au point d'accepter les demandes d'amis en provenance même d'un inconnu?

Non, et puis, bon, cette étude n'est toujours que la 37 656ème sur le sujet.
Alors gageons que si le nombre de cambriolages avait réellement augmenté de pair avec l'adoption de Foursquare, et à moins d'un complot Amish planétaire visant à nous dépouiller de nos possessions matérielles, certaines personnes auraient fini par s'en rendre compte.

Mais je me fais peut-être des idées.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas