La VoD payante privée d'avenir?

Par 15 mai 2007
Mots-clés : Future of Retail

Et si la VoD (Video on Demand) n'avait d'avenir que dans la gratuité? Selon le cabinet Forrester Research, le marché de la vidéo à la demande payante, comme l'iTunes Store d'Apple, devrait connaître son apogée en 2007 avant de...

Et si la VoD (Video on Demand) n'avait d'avenir que dans la gratuité? Selon le cabinet Forrester Research, le marché de la vidéo à la demande payante, comme l'iTunes Store d'Apple, devrait connaître son apogée en 2007 avant de progressivement s'essouffler. Principaux responsables épinglés: les services de VoD gratuits, dont le modèle repose sur la publicité.
 
L'année 2007 devrait donc sourire à la VoD payante. Forrester Research estime que son chiffre d'affaires devrait tripler pour atteindre les 279 millions de dollars, contre 98 millions estimés l'an dernier. Mais cette prospérité pourrait n'être que temporaire et le cabinet estime que la croissance des ventes ne devrait pas même doubler en 2008 et les années suivantes.
 
"Dans le segment vidéo, iTunes est juste un feu de paille alors que les consommateurs attendent des moyens plus faciles d'obtenir leurs produits. Ils font déjà leur apparition", souligne James McQuivey, analyste chez Forrester Research et auteur de l'étude.
 
Plusieurs facteurs contrecarrent en effet l'expansion du modèle, plébiscité pour le moment seulement par des amateurs passionnés. Et ceux-ci sont en nombre très minoritaire, puisque seuls 9 % des Américains annoncent avoir déjà délié leur bourse pour de la vidéo en ligne.
 
La difficulté de transférer les films d'un support à un autre, divers problèmes techniques, mais aussi le circuit de distribution, qui empêche le secteur de proposer trop tôt les nouveautés afin de ne pas contrecarrer la sortie en salle et en DVD, devraient rebuter les téléspectateurs et favoriser l'émergence d'un modèle basé sur la gratuité.
 
"Les réseaux câble et télévision passeront du téléchargement payant à un modèle de flux financé par la publicité, grâce auquel ils auront le contrôle des publicités et accèderont à des mesures d'audience efficaces. Les studios de cinéma, dont les contenus ne représentent aujourd'hui qu'une fraction des téléchargements payants, appuieront le système de l'abonnement sur les modèles des chaînes télévisées premium", précise l'analyste.
 
A suivre, donc. D'autant que les perspectives d'avenir de la VoD diffèrent selon les études. Selon le cabinet Informa Telecoms & Media, la VoD devrait générer en 2011 un chiffre d'affaires estimé à 11.5 milliards de dollars.
 
Il ne reste plus qu'à attendre pour savoir qui endossera le rôle de Cassandre...
 

Mathilde Cristiani pour L'Atelier
(Atelier groupe BNP Paribas – 15/05/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas