Voiture électrique : de meilleures informations concernant les bornes de rechargement ?

Par 18 septembre 2013 2 commentaires
voiture électrique

La limite d’autonomie d’une voiture électrique constitue le principal frein à son adoption. Des chercheurs auraient trouvé le moyen de supprimer le stress de la batterie vide.

Si seulement 0,2% des véhicules de particuliers utilisent l’alimentation électrique en Europe, la Norvège fait figure d’exception avec 4 009 véhicules électriques immatriculés l’année dernière portant le total norvégien à 11 000. La recette de ce pays? Un rechargement plus simple et un véritable pari sur l’électrique. Cependant, même si 3 746 stations de recharges sont disséminées sur le territoire norvégien, cela n’a pas suffit pas à convaincre la population et ce, malgré l’arrivée d’une nouvelle génération de véhicules bénéficiant d’une plus grande autonomie. C’est pour cette raison que Liv Øvstedal du  SINTEF a mis au point une plateforme de communication embarquée permettant de calculer la distance entre une voiture  et une station plus précisément qu'à l'heure actuelle, et de fournir au conducteur des informations complètes en temps réel.

Une solution en route pour les particuliers mais en rodage pour les utilitaires.

« La voiture doit être capable de commander son autonomie en recherchant des stations de recharge et de calculer la manière de les atteindre. Si des changements se produisent au cours d'un voyage, le programme doit s'adapter » explique la chercheuse. Cependant, la donne apparaît plus compliquée pour les utilitaires. En effet, les problématiques entre le poids du chargement, les arrêts incessants et l’impossibilité de recharge dans la journée du fait du temps qu’elle implique retardent l’adoption de genre de véhicules. Pour résoudre ces inconvénients, la ville d’Oslo participe au programme européen « FREVUE ». Le projet permettra d'évaluer le fonctionnement des quatre véhicules électriques (deux grands approchant 7 tonnes  et deux plus petits) en ville. Ils seront utilisés pour la livraison express porte à porte telles les commandes IKEA. Le but de la collecte et de l’évaluation des données récoltées sera d’établir un programme respectueux de l'environnement, efficace et financièrement viable.

Des émissions moins polluantes non sans contrepartie…pour l’environnement.

Même parmi les personnes favorables à l’électrique, des réserves viennent s’apposer : « les véhicules alimentés par batterie joueront un rôle très important (…) mais cela se produira en combinaison avec des hybrides, hybrides rechargeables et des véhicules alimentés à l'hydrogène », analyse Steffen Møller- Holst du SINTEF Energy Research. Plus inquiétant, un rapport de recherche sino-américain prouverait que les véhicules alimentés à l’électricité à partir de centrales au charbon entraîneraient des émissions de suie en kilomètre par passager plus importantes que les voitures traditionnelles. Dans les pays utilisant ce type de centrales tels l’Inde ou la Chine, les voitures électriques seraient alors les pires facteurs de pollution. De plus, le modèle semble difficile à adapter aux bus. En effet, la technologie serait trop coûteuse pour de tels engins.

Haut de page

2 Commentaires

En chine ou le charbon représente 70% de la production électrique, le dégagement de co2/km est environ de 143g. Soit 6,4l/100 pour une thermique.

En France c'est 17g et en Europe c'est 72g.

Tout ceci en tenant compte du rendement du chargeur et des pertes en ligne pour le transport de l'électricité.

Soumis par nh2o2 (non vérifié) - le 18 septembre 2013 à 23h21

C'est très intéressant! Merci pour cet article. Est-ce que les voitures électriques utilisent le même type d'attache remorque que les autres voitures?

Soumis par Lisa Gortler (non vérifié) - le 31 octobre 2013 à 03h01

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas