En voiture, les mobiles mettent les SMS en veilleuse

Par 07 janvier 2009
Mots-clés : Smart city

Textecution lance une application qui verrouille les fonctions de communication du mobile quand le propriétaire est au volant. L'application sera proposée aux entreprises.

Près de la moitié des adolescents américains admet rédiger des SMS au volant, annonce le fournisseur d'applications Textecution. On peut supposer qu'une grande partie des actifs s'adonne à cette coupable habitude. Coupable, parce qu'elle provoque un défaut d'attention qui n'est pas sans risque. Pour rassurer les parents et les employeurs, le fournisseur lance une application qui désactive les fonctions de communication d'un combiné lorsque son propriétaire est en voiture. Pendant toute la durée du trajet, il devient impossible de rédiger un message ou de passer un coup de fil. La réception est elle aussi désactivée. Le principe est simple : le système détecte par GPS la vitesse de déplacement de son utilisateur. Lorsque celui-ci dépasse les 10 miles à l'heure, le téléphone se bloque automatiquement.
Les mobiles professionnels aussi verrouillés
Et se débloque quand la vitesse enregistrée repasse en dessous de la barre des 10 miles. Fait intéressant : si l'utilisateur se déplace en train ou en avion, il peut aussi demander l'autorisation de se servir de son téléphone. Il suffit d'envoyer une demande à l'administrateur - soit le parent - qui autorise ou refuse ensuite l'accès aux fonctions de communication. Celles-ci peuvent être débloquées sur une période de quatre heures consécutives. Selon la compagnie, il est aussi possible de désactiver l'accès à Internet. Difficile du coup de se servir de son téléphone comme d'un GPS.
Compatibilité avec Android
Textecution cible dans un premier temps le marché des adolescents. Mais il propose aussi son système aux patrons d'entreprise, pour qu'ils l'installent sur le téléphone professionnel de leurs employés. Pour les employeurs, outre la protection de leurs salariés, c'est aussi un gage de réduction des possibilités de mise en accusation pour rapport indirect avec l'accident. Le système est facturé 9,99 dollars à l'achat. Pour le moment, il ne peut être installé que sur les téléphones portables embarquant Android, comme le Google G1. Mais il devrait bientôt être compatible avec d'autres combinés, comme l'iPhone.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas