Quand la voiture se reconfigure en permanence

Par 19 février 2009 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

L'infrastructure sur laquelle travaille DyScas rendra les différents composants - de communication, de divertissement et de conduite - des véhicules capables de s'actualiser automatiquement. Il leur suffira d'être près d'un réseau sans-fil.

Le système d'assistance au conducteur de Ford, Sync, multiplie déjà les services et permet même d'en télécharger d'autres non préinstallés dans l'ordinateur de bord de son véhicule. DyScas veut aller plus loin : le projet européen souhaite rendre les appareils électroniques capables de se reconfigurer en permanence afin d'être toujours à la pointe des solutions proposées sur le marché. Il a ainsi mis au point une architecture logicielle qui actualise automatiquement les appareils embarqués dans la voiture quand celle-ci se trouve à proximité d'une connexion Internet sans-fil : garage, parking public... Les patchs téléchargés peuvent concerner des améliorations fournies par le fabricant, mais aussi des adaptations du système audio à de nouveaux formats de lecture, ou de cartes routières plus précises. "Les voitures mises sur le marché sont fabriquées de manière à rouler pendant une dizaine d'années".
Faire communiquer appareils embarqués et mobiles
"Durant ce laps de temps, les technologies changent, et il n'existe pas encore de réel moyen d'en faire profiter les voitures déjà en circulation", note Martin Sanfridson, chercheur au Volvo Technology et coordinateur du projet. Selon lui, une telle architecture ne peut pour le moment être utilisée que pour l'actualisation des systèmes dits non-critiques, c'est-à-dire ceux liés à la communication ou au divertissement. Il ne sera possible de réfléchir à l'actualisation des composants nécessaires au bon fonctionnement du véhicule que quand la première phase aura été couronnée de succès. Des améliorations doivent en effet être apportées au niveau de la stabilité, de la flexibilité et de la sécurité d'un tel système. Le but de DyScas est aussi de faire communiquer entre eux dispositifs mobiles - téléphone portable, GPS... - avec ceux intégrés à la voiture. Pour y parvenir, les chercheurs travaillent sur des solutions middleware capables de rendre les systèmes interopérables.
Vers la détection automatique de défaillances techniques
Du coup, on peut envisager des interactions comme la lecture automatique du carnet d'adresse du mobile du conducteur par le système de navigation embarqué. Ce, afin de mettre directement au point des itinéraires. Ou encore la lecture par le système audio du véhicule des morceaux MP3 téléchargés dans le lecteur portable de l'utilisateur. Ce travaille sur l'interaction des composants permettra aussi de rendre les unités de contrôle électronique capables de détecter l'éventuelle défaillance de l'une d'entre eux et de prendre le relais. Le projet, lancé il y a deux ans et demi, est désormais arrivé à terme. Ses concepteurs cherchent désormais à commercialiser leur architecture. Volvo Technology et Daimler, deux partenaires de l'initiative, devraient d'ailleurs intégrer certains éléments du dispositif dans leurs véhicules.

Haut de page

1 Commentaire

Le concept Dyscas est génial, il met le robot au niveau de l'etre humain dans sa maniere de procédé avec une adaptation et une reponse aux problemes, mais avec en plus la capacité des calculs important en un temps record

Soumis par annonces voitures (non vérifié) - le 05 décembre 2009 à 03h50

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas