La voix dissimule des codes secrets

Par 02 juin 2008 2 commentaires
Mots-clés : Smart city, Europe

La communication sur IP peut abriter deux niveaux de compréhension. Des messages peuvent ainsi se cacher via la stéganographie, une alternative à la cryptographie. Un système exploité par les terroristes.

Dissimuler des messages secrets sur VoIP, c'est possible via la stéganographie. C'est ce qu'ont démontré deux chercheurs de la Warsaw University of Technology en Pologne. Pour mémoire, la stéganographie consiste à cacher une information en la noyant dans une masse de données plus grande, et non en la chiffrant. Avec la voix sur IP, les réseaux d'information transportent des données sous forme de paquets. Or les réseaux peuvent en perdre un certain nombre - quand les liens sont saturés ou la liaison mauvaise. Des mécanismes existent pour détecter la perte et les restituer si besoin, mais ils n'arrivent pas en même temps que les autres. Or les chercheurs ont montré qu'en utilisant ces paquets perdus il était possible de faire passer des messages secrets sans se faire détecter : ces derniers ne sont en effet pas analysés par les autorités de contrôle.
Un sous canal
"Il s'agit donc d'intégrer un sous canal à un canal", explique Quentin Berdugo, consultant en sécurité chez Hapsis. "Une technique qui peut servir aux terroristes, à l'espionnage industriel, au crime organisé etc.". En pratique, deux individus pourraient par ce moyen communiquer à travers une conversation banale, en noyant des données texte de préférence, sans qu'on puisse détecter la présence de cette seconde couche de communication. "En établissant un chat au milieu d'une conversation téléphonique par exemple". Techniquement cela est possible car la voix nécessite une bande passante importante."Une lettre écrite nécessite 8 bit, alors qu'une conversation en requiert des dizaines de milliers par seconde", explique Quentin Berdugo. "Avec un rapport de 1 à 10 000, le texte est noyé au milieu du volume voix et déjoue tout système d'écoute".
En temps réel et bidirectionnel
La stéganographie était déjà utilisée dans les images : on y modifie des pixels, et les logiciels sont capables d'en extraire l'information. Selon Quentin Berdugo, ce qui représente la grande nouveauté avec la stéganographie sur VoIP est l'immédiateté du système. "Il est en effet plus facile d'établir un canal en temps réel et bidirectionnel via la voix", affirme-t-il. Un système qui profite bien sûr de l'expansion exponentielle de la VoIP à l'échelle internationale. Reste que l'intérêt des chercheurs est surtout d'alerter. En effet, cet usage de la VoIP est réservé aux organisations criminelles ou illégales. Les entreprises ont certes des informations à dissimuler, mais doivent rarement cacher le fait même qu'elles communiquent. Elles préfèrent donc adopter le chiffrement plutôt que la stéganographie.

Haut de page

2 Commentaires

"Un système exploité par les terroristes" Vous exagérez pas un peu la ? Ils sont vraiment a la pointe du progrès ces terroristes. 2 chercheurs viennent tout juste de montrer que l'on peut camoufler du texte dans la VoIP mais vous affirmez que les terroristes exploitent deja ce systeme ?.

"Un systeme utilisé par le crime organise", je peux le concevoir vu la taille du marché noir et les interets en jeu. "Un systeme exploitable par le terroristes" j'aurai accepté aussi, mais affirmer que "le systeme est exploité" sans plus de details je trouve ca racoleur et tres limite.

Comment le savez vous par ailleurs, puisque par definition ce systeme leur permet de communiquer de maniere indetectable...

C'est bien de rapporter des informations, mais il faut avoir un peu de recul sur ce qu'on lit et republie. Surtout sur des sujets sensibles comme le terrorisme qui est mis a toutes les sauces pour vendre tout et n'importe quoi ...

Bonjour, le système exploité est la stéganographie, dont une des application est par exemple l'enfouissement de données dans des images anodines. Procédé utilisé par les terroristes... selon les services secrets cités par les médias. Mais il est vrai que l'article peut porter à confusion.

Soumis par lilious (non vérifié) - le 03 juin 2008 à 08h16

Lilious:
Le principe de la stéganographie, ou l'utilisation d'un canal caché, ne constitue pas exactement la "pointe" du progrès (encore qu'on puisse considérer que la Grèce antique était en avance sur son temps). La nouveauté ne concerne que son application dans le cadre de communications VoIP. Ceci étant dit, l'article a l'amalgame facile je vous l'accorde.

S'il a effectivement été rapporté que des terroristes ont dissimulé des messages relatifs aux attentats de 2001 dans des images, cette technique était déjà utilisée pendant la seconde guerre mondiale. Pas tout à fait la pointe du progrès donc..

Enfin, "par définition" il ne s'agit pas de communiquer de manière indétectable, mais de rendre difficile cette détection...

Soumis par np- (non vérifié) - le 03 juin 2008 à 09h22

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas