Volkswagen prend le pouls du web

Par 29 avril 2008
Mots-clés : Smart city

Le constructeur automobile recueille l'opinion des internautes via un site de sondage. Tous les sujets sont les bienvenus. Le but : devenir un relais d'expression sur la Toile... et de communiquer de manière implicite.

Volkswagen suit les préceptes du web 2.0 en proposant aux internautes de donner leur avis via le site Whatthepeoplewant. Avec une surprise : les questions posées aux internautes ne concernent pas directement la marque ou les modèles en cours, ni même l'univers de la voiture au sens large. Non, ici, les Américains sont invités à s'exprimer via de nombreux sondages portant sur le quotidien : santé, loisirs, style de vie… Ce, afin d'obtenir, comme le nom du site l'indique, un échantillon de ce que veulent vraiment les gens. Le but pour Volkswagen étant de se faire le porte-voix de l'opinion dite collective. L'initiative va plus loin et encourage l'œuvre collaborative : plus un sondage est populaire, plus il acquiert de la visibilité. Et donc plus il permet aux Américains de voir leur opinion être diffusée. Le constructeur, en partenariat avec ABC SuperSign, est ainsi présent sur l'écran géant interactif installé sur Times Square, permettant aux sondages les plus populaires d'être affichés.
Diffuser l'opinion collective
Les badauds pourront y répondre directement par SMS et voir leur réponse prise en compte. Autre initiative : les questions ayant obtenu plus de mille réponses seront déployées sous forme de bannières sur des sites Internet. Pour répondre à un sondage, il suffit de se rendre sur la plate-forme et de répondre aux sondages ou de consulter l'avis des internautes à une question. Les utilisateurs peuvent également proposer leurs propres enquêtes. Ceux qui le souhaitent ont enfin la possibilité d'imprimer un vote qui leur tient à cœur sur un tee-shirt qu'ils pourront porter. Le rapport avec le monde de l'automobile n'est pas si éloigné : le fabricant montre ainsi son envie de faire exister les désirs du consommateur. Un moyen de sous-entendre qu'il pourrait prendre cette volonté collective en compte pour élaborer des modèles de voiture plus adaptés. Elle devient également une interface d'expression pour les internautes.
Des opinions encore anecdotiques
"A travers cette campagne, nous proposons aux consommateurs un moyen d'interagir avec la marque en leur fournissant une plate-forme sur laquelle ils peuvent exprimer leurs goûts et leurs opinions, et nous leur permettrons d'être vus et entendus par un grand nombre d'Américains", souligne ainsi Tim Ellis, vice-président marketing de la branche américaine. Reste que les sujets d'interrogation sont de l'ordre de l'anecdotique. Savoir qu'une majorité d'Américains prend les savonnettes proposées dans les hôtels ne risque en effet pas de bouleverser le web communautaire et participatif ! La campagne reste ainsi surtout un moyen - plutôt intéressant - pour le fabricant de s'installer dans les esprits comme une marque en harmonie avec la tendance web 2.0. A noter : pour mettre au point son site de sondage, la marque automobile a fait alliance avec la division Roper Public Affairs & Media de l'institut GfK. Ce, afin de profiter des solutions d'interprétation des réponses à partir d'un échantillon.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas