Le volume des communications fixes en France a progressé en 1999 de 6,2%

Par 26 juin 2000
Mots-clés : Digital Working, Europe

Selon le rapport public d'activité 1999 publié hier par l'ART, les opérateurs titulaires d'une licence (hors services d'interconnexion) ont réalisé en 1999 un chiffre d'affaires de 176 milliards de F, en progression de 12,4 % par rapport à 1998.

Cette augmentation est due à la croissance du chiffre d'affaires des opérateurs déjà présents sur le marché en 1998 et à l'activité des nouveaux opérateurs arrivés au cours de l'année sur le marché français. Près de 37 milliards de F ont été investis en 1999 dans les réseaux et services de télécommunications, soit l'équivalent de 1998. Le volume total des communications fixes progresse de 6,2 % par rapport à 1998 pour un chiffre d'affaires en hausse de 3 %. La baisse des prix explique cette différence. Le nombre d'abonnés à la sélection du transporteur s'élève à près de 3 millions, en forte progression. Les communications locales ont augmenté en volume de 4,8 %. Cette croissance recouvre deux tendances distinctes : une baisse de 4 % des communications locales hors Internet et une forte croissante (+ 153,2 %) des communications d'accès local à Internet.
Plus de 100% de progression pour le mobile
La téléphonie mobile a, pour sa part, progressé en volume d'appels de 115,1 %. La part de la téléphonie mobile dans le chiffre d'affaires total des services de télécommunications, hors services d'interconnexion, passe ainsi de 16 % en 1998 à 22,4 % en 1999. Si le chiffre d'affaires moyen par abonné des opérateurs mobiles chute de 18 % par rapport à 1998, due principalement au développement rapide des cartes prépayées, les baisses de prix continues et les offres commerciales toujours plus agressives engendrent en revanche une augmentation de 15 % de la consommation moyenne par abonné. Le prix moyen des communications fixes a baissé en 1999 de 7 %. Le prix des communications interurbaines a chuté de 22,2 %, celui des communications internationales de 19,9 % et celui de la téléphonie mobile de 4 à 14 % selon les types d'abonnements. Les tarifs d'interconnexion ont également chuté de 14 % dans le catalogue 1999 et de plus de 11 % dans le catalogue 2000. Le nombre d'opérateurs fixes ou mobiles, titulaires d'une licence est passé de 67 en 1998 à 92 en 1999.
Dans la moyenne européene
Ce chiffre se situe dans la moyenne des pays européens. En un an, la part de marché en France de l'opérateur historique sur les marchés en concurrence (essentiellement les communications longues distances et internationales) a chuté. Fin 1999, France Telecom estimait la part de marché de la concurrence à 20 %, contre 5 à 6 % fin 1998. Le marché de l'accès à Internet, représentant environ 3,5 millions d'abonnés en janvier 2000, connaît une très forte croissance. Au sein de ce marché, les accès à haut débit (ADSL, réseaux câblés, boucle locale radio ...) pourraient représenter 5 à 7 % des abonnés en 2000, et atteindre une part de marché entre 15 et 30 % en 2003. Le marché des accès à Internet à haut débit, sur la base des niveaux tarifaires pratiqués par les câblo-opérateurs ou par France Telecom pour les offres utilisant la technologie ADSL, pourrait atteindre, en situation de concurrence effective, entre 500 et 900 millions de F en 2000 et jusqu'à 3 à 6 milliards de F en 2003.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas