Wanadoo lance une offre publique sur Freeserve.

Par 07 décembre 2000
Mots-clés : Smart city, Europe

Premier acteur français de l’Internet, filiale de France Télécom, Wanadoo vient d’annoncer son intention de lancer une offre sur la société anglaise Freeserve, numéro un anglais des fournisseurs d’a...

Premier acteur français de l’Internet, filiale de France Télécom, Wanadoo
vient d’annoncer son intention de lancer une offre sur la société anglaise
Freeserve, numéro un anglais des fournisseurs d’accès à Internet et numéro
trois des portails au Royaume-Uni (source IDC et Jupiter Communications).
Cette offre est recommandée par le conseil d’administration de Freeserve
et le conseil d’administration de Dixons, principal actionnaire de
Freeserve.
Ce rapprochement permettra à Wanadoo de se positionner comme l’un des
principaux acteurs en Europe avec plus de 4 millions d’abonnés actifs et
une audience dépassant 545 millions de pages vues par mois en août 2000.
Cette importante opération s’inscrit dans la stratégie de développement de
Wanadoo en Europe.
Les actionnaires de Freeserve se verront proposer des actions Wanadoo à
émettre en échange de leurs actions Freeserve sur la base de 0,225 action
Wanadoo pour chaque action Freeserve. Dixons s’est engagé à accepter cette
offre et à apporter la totalité de sa participation dans Freeserve (79,17
%).
Lancé en 1998 par Dixons, leader européen des détaillants d’électronique
grand public, Freeserve est le premier fournisseur de services Internet au
Royaume-Uni proposant à la fois un accès gratuit à Internet et, en tant
que portail d’accès à Internet, une offre intégrée de commerce
électronique et de services centrés sur le Royaume-Uni.
Freeserve comptait approximativement 2,053 millions de comptes clients
actifs au 24 septembre 2000, 4,2 millions de visiteurs uniques, une
moyenne de 1,35 milliards de minutes en ligne et 186,2 millions de pages
vues imprimées en août 2000. Pour son exercice fiscal clos le 29 avril
2000, Freeserve a réalisé un chiffre d’affaires de 19,6 millions de livres
sterling et des pertes consolidées avant impôts, hors exceptionnels, de
22,9 millions de livres.
Le nouvel ensemble créé par ce rapprochement se positionne comme l’une des
premières sociétés de l’Internet en Europe. Il sera en mesure de proposer
une offre commerciale complète comprenant la fourniture de services
d’accès à Internet, des services de portail, de commerce électronique et
d’annuaires sur Internet (Pages Jaunes et annuaires professionnels), ainsi
que la fourniture d’applications et des services d’hébergement de sites.
Il sera implanté dans cinq pays européens et détiendra une position de
leader dans deux des trois principaux marchés européens de l’Internet: la
France et le Royaume-Uni.
Selon IDC et Jupiter Communications, le marché britannique de l’Internet
devrait atteindre 31,2 millions d’utilisateurs en 2001, soit un taux de
pénétration de 52 %, le plaçant en seconde position en Europe, juste
derrière le marché allemand. Ce taux devrait atteindre 55 % en 2003,
contre 39 % en 1999.
Dans le même temps, les marchés britanniques de la publicité en ligne et
du commerce BtoC devraient passer respectivement de 165 millions d’euros à
1,8 milliard d’euros, et de 2 milliards d’euros à 18 milliards d’euros,
les plaçant à la première et deuxième place en Europe.
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 07.12.2000)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas