Wavecom sur la voie de la restructuration : réduction de 65 % des effectifs

Par 09 septembre 2004

L’objectif est clair : revenir à « l’équilibre financier au cours du deuxième trimestre 2005 avec un niveau de chiffre d’affaires trimestriel de 40 millions d’euros et une marge brute de 33 % à...

L’objectif est clair : revenir à « l’équilibre financier au cours du deuxième trimestre 2005 avec un niveau de chiffre d’affaires trimestriel de 40 millions d’euros et une marge brute de 33 % à 35 % ». Pour cela, le fabricant Wavecom ne lésinera pas sur les moyens.

La société vient de connaître deux années consécutives de résultats désastreux. Au second trimestre de cette année, les ventes du fabricant ont chuté de 44,2 % à 39 millions d’euros, tandis que sa perte d’exploitation se creusait encore, passant de 12,4 millions d’euros au second trimestre 2003 à 19,1 millions d’euros.

Pour en finir avec ce cycle catastrophique, Wavecom a nommé à la mi-août son nouveau directeur général, Ron Black, chargé de la mise en place d’un plan de restructuration. Celui-ci prévoit notamment une diminution impressionnante des effectifs : la société qui employait encore 860 salariés à la fin 2003 n’en comptera plus que 300 d’ici le mois de décembre. Coût de l’opération : 17 millions d’euros.

Les emplois touchés par cette mesure de réduction (de 65 %) seront principalement ceux de l’unité « Personal Communication Devices » et du département de développement de semi-conducteurs, ainsi que ceux des fonctions de support en Asie et en France.

En effet, Wavecom choisit aujourd’hui de sortir du marché des téléphones mobiles et de cesser le développement de semi-conducteurs pour se recentrer sur les marchés verticaux - incluant l'automobile, la communication entre machines (M2M), et les produits grand public, tels que les téléphones pour boucle locale radio, informatique mobile et PDA connectés.

Pour Wavecom, l’ensemble de cette réorganisation doit avoir pour effet de soutenir la croissance de son chiffre d’affaires dans trois régions : Amériques, Asie-Pacifique (APAC), et Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA).

(Atelier groupe BNP Paribas – 09/09/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas