Le web 2.0, nouvelle carte de visite de l'entreprise

Par 26 mai 2008 2 commentaires
Mots-clés : Future of Retail

Proposer une vidéo, ouvrir un espace de chat : autant de solutions 2.0 qui donnent aux demandeurs d'emploi une perception positive d'une organisation. Et un moyen pour celle-ci de cibler son public.

La présence de contenu interactif sur les sites web des entreprises plaît aux internautes. La conclusion semble évidente. Mais pour l'université de Penn State, qui livre une étude sur le sujet, il s'agissait plutôt de voir comment les technologies 2.0 influençaient la perception que les individus en recherche d'emploi ont d'une entreprise. Et pour Shyam Sundar, responsable de l'initiative, c'est simple. L'interactivité joue le rôle d'amplificateur, en donnant plus de volume à l'information proposée : vidéo de présentation de l'entreprise ou d'un service, blog d'employés présentant les compétences de la société... "L'insertion de contenus interactifs vise à donner plus de transparence à l'entreprise, à inviter les internautes à découvrir la société de l'intérieur", explique d'ailleurs à L'Atelier Bertrand Duperrin, consultant pour l'éditeur d'applications de collaboration en entreprise blueKiwi Software. Pour obtenir ces conclusions, le chercheur a chargé plus d'une centaine d'anciens étudiants de se rendre sur des sites proposant un niveau d'interactivité plus ou moins important.
Contenu 2.0 = bonne perception de l'entreprise
Résultat : les entreprises dont ces jeunes ont eu la meilleure image étaient celles offrant plusieurs contenus 2.0. Reste que l'intégration de vidéos et autres blogs sur les sites d'entreprises risque de n'attirer qu'un public très ciblé : les moins de 30 ans, habitués à ce nouveau mode de communication. Ce, contrairement aux sites traditionnels, dont le but est de rassembler le plus grand nombre. Pour Bertrand Duperrin, les autres demandeurs d'emplois peuvent également être visés. Et ce fonctionnement comporte selon lui de nombreux avantages : "il est plus intéressant de cibler directement ceux qui seront en adéquation avec l'entreprise, plutôt que d'essayer de plaire à tout le monde". Selon les responsables de l'étude, cette insertion du contenu interactif sur les sites des entreprises qui souhaitent communiquer en externe doit cependant être mesurée.
Une interactivité qui doit véhiculer du sens
"Les sites qui proposent quelques contenus 2.0 suscitent une perception positive de la part des internautes. Ceux qui en contiennent plus provoquent l'effet inverse", explique Shyam Sundar. Pour Bertrand Duperrin, le problème n'est pas dans la surabondance : "La surenchère de contenus interactifs ne fait pas fuir en elle-même. Ce qu'il faut, c'est qu'elle ait du sens", souligne-t-il. La mise en place de vidéos ou de blogs ne doit pas en effet être un simple habillage mais un prétexte à l'ouverture d'un dialogue, à la mise en place d'une véritable transparence. "Il est intéressant de diffuser du contenu, mais il est encore plus intéressant de mettre en place un bon canal de retour, en permettant aux internautes de répondre, d'interagir avec l'entreprise", juge le consultant. D'où l'importance pour l'organisation d'être sincère : si le blog tenu par les employés est trop contrôlé par la direction, ou si la vidéo de présentation n'est pas vraiment réalisée par le chef de service, le message ne passera pas, conclut-il.

Haut de page

2 Commentaires

En effet, le web 2.0 offre une multitudes de nouvelles possibilités. Que ce soit d'un point de vue visuel ou ergonomique, les entreprises ont ainsi la possibilité de dynamiser rapidement et facilement leur image.

Soumis par Stéphane MEX (non vérifié) - le 26 mai 2008 à 17h46

Conclusion provoc' 1.0 :

Avec le web 2.0, les consommateurs ont l'impression d'avoir du pouvoir. Et c'est bon pour le business.

:-)

Soumis par Gautier Girard (non vérifié) - le 27 mai 2008 à 06h28

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas