Comment le web 2.0 passe les filtrages de sites en entreprise

Par 19 août 2008 3 commentaires
Mots-clés : Asie-Pacifique

Communiquer, rester connecté en permanence en entreprise : c'est un petit jeu du chat et de la souris. Les entreprises qui empêchent leurs employés d'accéder aux sites web 2.0 pour des raisons de sécurité ou de "dispersion de leur concentration mentale et quotidienne au bureau" ont du souci à se faire... et se trouvent confrontés à un choix ! Ouvrir.. ou restreindre l'accès de tout internet ?

Le seul exemple de Netvibes suffit : votre entreprise vous a blacklisté les accès à vos webmails ? Qu'à celà ne tienne, les widgets de netvibes répondent à votre appel et affichent les mails arrivés. On vous empêche de twitter à tout va ? Le module pour twitter vous permettra d'afficher les messages et même de répondre à distance. Tout comme les sites blacklistés par la sécurité de votre réseau. Récupérez les flux rss des sites en question de chez vous, intégrez-les dans Netvibes, et le tour est joué. Netvibes est blacklisté à son tour ? Rien ne vous empêche d'utiliser un service similaire comme iGoogle ou Yourminis, voire d'installer sur votre espace web perso un service similaire open source. Nul besoin donc d'utiliser un serveur qui fait office de proxy, technique utilisée notamment pour contourner la censure permanente en Chine sur internet. Les outils web 2.0 vous permettent de contourner tout cela. Reste le cache de google qui peut être efficace, lui aussi permettant de contourner les règles de filtrage de sites.

N'oublions pas le mobile avec de plus en plus de forfait data / wap qui arrivent à l'horizon sur le terrain des usages. A quand l'ère où les employés devront se cacher aux toilettes pour accéder à leurs boites  et répondre à leurs mails ? A quand l'ère où les employés avec leur iPhone devront en permanence emprunter 'illégalement' la ligne wifi des voisins d'en face pour accéder à facebook ou youtube ? Que de temps perdu ! Tout cela ne fait que compliquer les opérations nécessaires à leur but premier.

Pourtant, tout n'est pas que distraction inutile : bloquez les forums et voyez par exemple la réaction de développeurs web, qui auraient bien aimé obtenir une réponse à ce problème technique qui les tient en haleine depuis des jours.

Et si distraction il y a, difficile de l'éviter : supprimer de la liste tous les sites sur internet qui pourraient distraire les employés relève de la pure utopie. Alors ? Ouvrir ou rester fermé ?

Le choix difficile des DSI est aujourd'hui de se positionner à l'ère du web 2.0 : éduquer ses employés, ouvrir les accès modéremment ou bien rester sur une ile déserte pendant que le reste du monde communique, échange... et peut-être sur vous ! Tout la question est de rester de part et d'autre dans une juste mesure.

Haut de page

3 Commentaires

[...] hé, ça sent le vécu… On ne peut pas écrire un article comme ça sans l’avoir subi et s’être émerveillé du... Maintenant c’est pas malin… si ils nous ferment les portes d’entrée (ou de [...]

Soumis par » Le web 2.0 c’est utile (en milieu hostile) - O (non vérifié) - le 21 août 2008 à 17h48

MASSEILLAN

la premiere section de la commune d´Aquin c´est l´un des plus beau lieu on l´on peut se reposer tranquillement par sa fraicheur, sa vue splandide vers les montagnes qui l´entourre. Alors il vous reste á visiter Masseillan car en vous expliquer vous ne croyez pas.

Masseillan la cite de grands et des plus grands de la commune d´Aquin. j´adorre Masseillan comme un Masseillanois qui vit en ARGENTINE.

Soumis par DESROSIN WILKY (non vérifié) - le 15 janvier 2009 à 03h48

Cher compatriote,

Connaissez-vous Francois Desrozin? Je suis aussi de Masseillan. ....
A bientot.

Soumis par Elvito Castor (non vérifié) - le 28 avril 2010 à 17h08

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas