Le web est-il le chemin le plus court vers l'altruisme ?

Par 19 janvier 2009 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

S'engager en ligne n'amène pas forcement des bénévoles à s'impliquer dans une action dans le monde ''réel''. Le rôle du web, c'est de faciliter l'expression de ces intentions philanthropiques ou militantes.

La moitié des citoyens ayant milité sur Internet pendant les élections américaines pour le nouveau président annoncent qu'ils continueront à montrer leur soutien pendant l'année à venir, mais dans le monde "réel" cette fois. Voilà l'une des conclusions de l'enquête téléphonique menée par le Pew Internet auprès de plus de deux mille Américains de toute appartenance politique. "De telles conclusions sont une évidence", commente pour L'Atelier Pierre Chapignac, analyste des impacts sociétaux des nouvelles technologies au cabinet Rivière Consulting. "Mais elles ont le mérite de donner une preuve statistique d'un fait", tempère-t-il. Elles soulèvent aussi une autre question : les personnes qui se sont engagées de manière virtuelle sont-elles ensuite plus sensibles à d'autres causes à défendre dans le monde physique ? "Je ne crois pas qu'il y ait de différence entre l'engagement en ligne et dans le monde réel. Ce que l'on peut distinguer, c'est le degré de l'engagement, pas le média sur lequel il se fait".
Le web permet l'expression d'intentions
Reste qu'Internet semble un support privilégié d'engagement. "La mobilisation financière par le web donne de meilleurs résultats que les autres canaux", juge l'analyste. Une constatation qui ne permet pas de conclure directement que les personnes qui participent à une action philanthropique en ligne sont plus à même de répliquer la même chose dans le monde physique. Mais qui voudrait plutôt dire que les gens sont prêts à être sollicités, à donner bénévolement de leur temps. C'est le moyen de les atteindre qui manquait."Le web n'apporte rien en termes de réalité sociale. Mais il permet l'expression d'intentions. Voilà une façon concrète et peu coûteuse de les traduire". Pour les entreprises, de telles conclusions ne doivent pas être négligées : proposer des actions de bénévolat ou de donation par le biais de leur site web peut se révéler bénéfique. Pour l'association concernée mais aussi pour l'image de la compagnie.
Tisser un rapport direct avec les militants
Autre chose à prendre en compte : le Pew rappelle que pour les militants, le web est aussi un moyen de rester en contact plus facilement et de manière privilégiée avec son parti. Environ la moitié des personnes interrogées attend d'être tenue directement informée des actualités du parti et de son agenda par le biais du web, et pour un tiers d'entre eux, directement par mail. "Une nouvelle forme de démocratie personnelle est en train d'émerger", souligne à ce sujet Aaron Smith, auteur du rapport. Qu'il s'agisse de militer en faveur d'un parti ou d'une association, ou de mobiliser ses salariés autour d'un projet d'entreprise, les initiateurs d'un projet commun doivent du coup prendre en compte ce souhait qu'ont les personnes qui s'engagent de tisser un rapport direct avec le vecteur de leur engagement.

Haut de page

1 Commentaire

maladroite cette image choisie en entrée d'article :)
elle nourrit une représentation mentale du net qui n'est pas forcément ''louable" ni pertinente.
cdlt.

Jean-Marc, nous acceptons toutes les critiques, mais là, il va falloir nous expliquer !
La rédaction

Soumis par jean-mac (non vérifié) - le 20 janvier 2009 à 09h36

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas