Le web collaboratif modifie la démographie de l'engagement politique

Par 03 septembre 2009
Mots-clés : Smart city

Grâce à l'utilisation des réseaux sociaux et des blogs, les citoyens américains deviennent - lentement mais sûrement - plus engagés dans la politique. Reste à savoir si la tendance va perdurer.

Aux USA, Internet n'a pas encore profondément changé les habitudes politiques des citoyens. Résultat : ce sont globalement les plus aisés et les mieux formés qui restent les plus engagés. Les réseaux sociaux vont peut-être modifier cet état de fait. C'est ce qu'avancent les experts du centre de recherche Pew, qui ont mené une étude auprès de deux mille américains. Selon eux, plus d'un quart d'utilisateurs se servent des services dits "2.0" pour mener des activités politiques ou civiques. Pour les chercheurs, l'engagement peut consister à simplement ajouter un acteur politique à sa liste de contacts sur Facebook.
Du virtuel au réel
Mais cela peut également aller jusqu'à mener une véritable campagne virtuelle de soutien à son candidat préféré. Une tendance intéressante : les jeunes entre 18 et 24 ans, traditionnellement peu engagés dans la politique, ont plus tendance à utiliser les blogs et les réseaux sociaux pour s'exprimer, y compris sur des sujets citoyens. Selon les chercheurs, le web collaboratif pourrait contribuer à ce que les jeunes s'engagent aussi politiquement dans la vie réelle. De plus, les personnes qui s'engagent politiquement à travers les réseaux sociaux, reflètent une image de la société plus proche de la réalité en termes de revenus et d'éducation.
Des prévisions trop optimistes?
Les auteurs soulignent qu'il serait intéressant de savoir comment les jeunes activistes vont utiliser la mouvance participative de l'Internet dans l'avenir et s'interrogent : le web changera-t-il le caractère socio-économique de l'engagement des citoyens ? Ou alors les technologies créeront-elles de nouvelles barrières pour les classes désavantagées ? Autre question soulevée : la tendance va-t-elle se confirmer dans les années à venir ou s'agissait-il simplement d'un sursaut ponctuel ?

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas