Le web en décroissance temporelle négative

Par 13 novembre 2009 1 commentaire

Le premier qui a compris ce titre gagne un post d'emgenius. En décembre, il va y avoir de nombreuses occasions de célébrer le real time web. Avec le raout d'@loic et d'autres dont nous parlerons plus tard.

Une question qui que je me pose est : le web va-t-il connaître son mouvement de décroissance positive. Avec les fils d'info chronologiques, le web est devenu media social "real time". Les fils se propagent sur des services, des sites, des flux en automatique. Il n'y a qu'à voir ce bel exemple chez le très expérimentateur Nicolas Voisin. Les cartes le deviennent aussi, on l'a vu lors de la présentation de Zbigniew Smoreda à cartocube, ce qui a plein d'avantages mais aussi des désavantages comme amplifier des attitudes moutonnières et pourquoi pas provoquer des paniques.

Tout cela alors que les entreprises et les vieilles corporations remettent en cause les nouvelles technologies parce qu'elles n'arrivent plus à contrôler ce qui s'y passe, parce qu'elles n'ont pas encore trouvé la parade. Mais y en a-t-il une...

Bref, arrivera t-on à se défier du web. C'est ce que je me demandais en regardant le film - pas trop déshonorant - Clones, où la conclusion est : débranchons nos avatars. Une remise en selle de ce vieux livre qu'est devenu Ravage, de Barjavel. Rappelez vous, l'électricité qui disparaît, le retour à la terre, aux vieilles croyances, aux organisations des peuples bibliques. Avant de se conclure tragiquement ou heureusement, c'est selon : les retours en arrières ne sont que temporaires, l'humain est condamné à innover, à progresser.

Haut de page

1 Commentaire

Il y a toujours eu une force de résistance au progrès technique. Lorsque la vapeur est devenue la principale force de déplacement, il s'est trouvé parmi les entrepreneurs et la société de nombreux détracteurs. Ce n'est pas pour rien que la France a pris beaucoup de retard dans les années 1830 dans la création de son chemin de fer.

La vraie question est, me semble-t-il, comment la gestion d'entreprise et la rentabilité de Web 2.0 vont-ils converger ? Pour un entrepreneur aujourd'hui, surtout avec les formations actuelles en MBA, il faut de la rentabilité mesurable. Fin des années 1990, début des années 2000, la bulle spéculative internet était basée sur l'impression que l'Internet pouvait amener des revenus. Mais son effondrement était aussi dû au constat que les revenus tirés n'étaient peut-être pas aussi lucratifs que prévus.

Je trouve qu'aujourd'hui, nous sommes dans la même situation... tout le monde parle du web 2.0. Tout le monde veut y être. Mais ce n'est pas tout le monde qui comprend toutes les subtilités de son fonctionnement. Il y a donc une foi spéculative sur le rendement du web 2.0 mais pas de réponses concrètes. Tout va dépendre des forces de convergences et des capacités à créer des systèmes rentables pour les entreprises.. mais sous quelles formes ?

Soumis par Anthony Grolleau-Fricard (non vérifié) - le 13 novembre 2009 à 17h35

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas