Le web fait du dépistage en salle d'attente

Par 03 juin 2008

La tablette web Health eTouch permet aux pédiatres de recueillir en temps réel des informations sur le patient préalablement à une consultation. Ce concept favoriserait le dépistage de pratiques à risque.

Les dispositifs Internet portables contribueront au dépistage de certains comportements à risques - usage d'alcool, de drogues, signes dépressifs - chez les jeunes. Un groupe de recherche américain du Center for Innovation in Pediatric Practices a testé un système informatisé baptisé "Health eTouch". Celui-ci permettrait de détecter plus efficacement ces problèmes d'ordre comportementaux, explique-t-il dans un article récemment publié sur le site de la revue Pediatrics. Evalué dans le cadre d'une expérimentation en médecine pédiatrique*, le dispositif intègre une tablette web sans-fil et tactile mise à disposition des jeunes patients préalablement à une consultation médicale. Son intérêt : l'appareil leur soumet une série de questions dont les réponses sont ensuite immédiatement retransmises au praticien. Ces données sont présentées au médecin sous forme d'un résumé dont certains éléments spécifiques à ces comportements dits risqués sont mis en avant.
Une détection plus efficace
Cet échange en quasi temps réel et en amont de la visite médicale permettrait ainsi au médecin de détecter de manière plus systématique les signes révélateurs de ces pratiques dites à risque. D'après les résultats publiés à l'issue de l'expérience, les indices de tendances dépressives, ou de prises de substances dangereuses auraient été détectés chez plus de la moitié des adolescents ayant répondu aux questions qui leur ont été préalablement posées via l'application web. En outre, dans près de deux tiers de ces visites, les pédiatres participants auraient relevé l'existence d'un "problème". A titre de comparaison, la moitié seulement des patients vus, mais dont les résultats des questionnaires ont été disponibles après un certain délai - sans utilisation du web tablet -, auraient été diagnostiqués comme manifestant un ennui de santé.
Systématiser le dépistage
Pour l'un des professeurs impliqués dans le projet, cet écart s'expliquerait par les conditions de pratique quotidiennes des pédiatres, jugées comme n'étant pas toujours adéquates pour cette forme de dépistage dite "comportementale". "Les pratiques de dépistage routinières, même si elles sont essentielles à l'identification et au traitement des comportements à risque, ne sont pas toujours effectuées ou sont limitées pour des contraintes de temps", constate Kelly Kelleher, membre du Collège de médecine de l'université d'Etat de l'Ohio. Autre avantage de "Health eTouch", selon les chercheurs : la saisie d'information directement réalisée par les jeunes patients permet de minimiser les temps habituellement nécessaires à certaines procédures administratives. Enfin, les adolescents se sentiraient plus à même de dévoiler des informations sensibles via un appareil que directement au personnel médical.
* Health eTouch a été testé auprès de plus de huit cent jeunes patients entre onze et vingt ans dans des services hospitaliers de premiers soins.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas