Le web mobile devient une affaire d'apprentis journalistes

Par 21 juillet 2008
Mots-clés : Smart city, Afrique

En Afrique du Sud, des étudiants ont créé un service Internet mobile afin de populariser un média dédié à la vie du campus.

Le Wits Journalism Programme de l'université du Witwatersrand adapte le journalisme aux nouveaux usages. Les travaux pratiques réalisés à l'occasion d'un séminaire de journalisme mobile ont permis aux étudiants de mettre au point une plate-forme Internet mobile à l'intention de leurs pairs. Intitulé Mojozone, le service fournit des actualités, des informations relatives à la vie de l'école et du divertissement directement sur les mobiles des étudiants. "Mojozone permet de fournir des informations adaptées aux vies des étudiants" déclare Pakama Ngceni, l'un des éditeurs du réseau et étudiant en journalisme au Wits. Grâce à une technologie Bluetooth spécialement aménagée à cet effet, les étudiants situés sur les zones les plus fréquentées du campus du Wits à Johannesburg se voient envoyer des messages de news et des vidéos directement sur leurs téléphones.
Fournisseurs de contenu et responsables marketing
Ils peuvent également se rendre sur le "mobisite" de Mojozone et avoir accès à plus de contenu. Les étudiants ont créé leur propre marque média et fournissent eux-mêmes tout le contenu qui y est disponible : vidéos, textes, images et graphisme. Ils sont également responsables de tout le marketing de leur service. Pour développer leur projet, les étudiants du Wits ont travaillé en collaboration avec d'autres élèves de la City Varsity Film and Television School. Ils ont utilisé diverses technologies, dont un système norvégien de création de sites WAP et un système de transmission des données via Bluetooth développé en Afrique du Sud. Ces technologies leurs ont été offertes grâce à l'aide de DStv mobile, la filiale mobile de l'opérateur de télévision Multichoice. Les étudiants ont par ailleurs bénéficié de l'aide de Nokia.
Des médias à inventer
En plus de son support technique, la société leur a offert des kits de journalisme élaborés avec Reuters composés de Nokias N95 grâce auxquels les élèves peuvent directement mettre en ligne du contenu, des photos et des vidéos à partir de leurs mobiles. Selon Anton Harber, directeur du Wits, cette expérience doit les préparer aux changements que vont connaître les mondes du journalisme et des médias dans les années à venir. "Il y a peu de temps, les étudiants pouvaient choisir de faire carrière dans la presse écrite, à la radio ou à la télévision. Il leur faut désormais comprendre qu'au cours de leur carrière, et même pour un seul emploi, ils vont devoir travailler sur différents médias, dont certains n'ont peut-être même pas encore été inventés". Et Indra de Lanerolle, professeur au Wits, d'ajouter : "les défis que nos étudiants relèvent quotidiennement dans l'élaboration de leur site sont les mêmes que ceux auxquels les grandes sociétés de médias font face".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas