Web : record absolu à 5,44 Gigabits par seconde / les règles pour les internautes handicapés

Par 20 octobre 2003

C’est un record absolu ! Le 1er octobre dernier, un scientifique du CERN (Centre européen de Recherche Atomique) a envoyé 5,44 Gigabits de données en une seconde vers le California Institute of ...

C’est un record absolu ! Le 1er octobre dernier, un scientifique du CERN (Centre européen de Recherche Atomique) a envoyé 5,44 Gigabits de données en une seconde vers le California Institute of Technology, située à Pasadena. 5,44 Gigabits/seconde, c’est un débit 20 000 fois supérieur à une connexion Internet classique, et 10 000 fois supérieur à de l’ADSL à 512 kilobits/seconde ! Pour donner un ordre de grandeur concret : un tel débit permet de transférer un DVD complet de 4,7 Go, comme celui de Matrix, en seulement 7 secondes ! A ce niveau de puissance, on ne peut plus parler de « broadband », mais de « rocketband » ! Comme le souligne la newsletter du MIT. Quelles règles pour le web des personnes handicapées ? Un cadre légal se met en place progressivement en France et en Europe pour rendre le web accessible à tous, y compris aux personnes souffrant d’un handicap visuel (malvoyants, non-voyants, personnes âgées…). Cf. : circulaire du 7 octobre 1999 relative aux sites Internet publics, directive européenne du 8 juin 2000, plan d’action Europe 2002 ; par ailleurs l’Assemblée nationale devrait bientôt examiner un projet de loi sur le « dédit de services »… Forts utilisateurs d’informatique, les déficients visuels ne sont pas uniquement des aveugles. De même que la mal-voyance n’est pas un phénomène homogène. Si les malvoyants cherchent avant tout à pouvoir mieux se repérer à l’écran et à améliorer la lisibilité des pages qu’ils consultent, les non-voyants doivent eux consulter les sites Internet à l’aide de plages Braille ou de systèmes à synthèse vocale. L'accessibilité aux sites web pour des personnes souffrant d’un handicap visuel repose notamment sur le degré de compréhension du code informatique des pages des sites Internet par les différentes aides techniques utilisées (logiciels d’agrandissement, logiciels de synthèse vocale et afficheurs Braille). Pour qu'un site puisse être retranscrit dans de bonnes conditions par les aides techniques, les pages doivent respecter certaines normes dans leur construction et leur présentation. Pour que les personnes handicapées puissent utiliser le web efficacement, la WAI (« Web Accessibility Initiative ») du World Wide Web Consortium (ou W3C, l’organisme de création et de standardisation des technologies Web) a mis au point 14 recommandations techniques. Créer un site Web accessible ne représente pas de surcoût si les recommandations WAI sont intégrées dès la phase de conception, comme le montre l’exemple du portail Isere.fr, développé par la société de conseil et d'ingénierie Business & Decision, avec la solution logicielle de Visual Friendly. Dès la page d’accueil, Isere.fr propose trois versions de navigation : une version graphique (avec photos, vidéos, documents téléchargeables, formulaires interactifs, etc.) ; une version personnalisable pour les malvoyants (qui permet, en fonction du confort de lecture désiré, d’agrandir la taille des caractères et de modifier les couleurs et les contrastes) ; et une version texte pour les non-voyants, compatible avec les plages Braille et les systèmes de synthèse vocale utilisés pour traduire les textes sur le Web. La société de conseil et d'ingénierie Business & Decision et l'éditeur spécialisé Visual Friendly publient un Livre blanc sur le sujet : http://www.eolas.fr/livre_blanc.asp (Atelier groupe BNP Paribas – 20/10/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas