Le web sémantique oui, mais pas sans une meilleure gestion des ontologies

Par 30 novembre 2009
Mots-clés : Smart city

Le projet Tones propose des outils pour faciliter le développement, l'organisation et l'utilisation des technologies de contextualisation.

Le web sémantique s’est doté récemment d’une plate-forme de test pour faire avancer la recherche. Le projet européen Tones cherche quant à lui à développer standards et outils censés faciliter en amont le développement des technologies sémantiques. Et particulièrement en ce qui concerne la gestion, l’intégration et l’utilisation de larges ontologies. Pour rappel, les ontologies sont des sortes de grands dictionnaires conçus pour être lus et compris par des ordinateurs. Ils contiennent des étiquettes définissant tous les aspects d’un domaine (par exemple la médecine) ou de sous domaines (par exemple la neurologie). Ce sont donc les ontologies qui permettront aux ordinateurs d’être plus pertinents et intelligents dans leurs recherches.
Une formalisation logique des ontologies
"La demande croissante pour des ontologies multiples, complexes et à grande échelle pose de nouveaux défis pour leur conception, leur maintenance, leur fusion et leur intégration", explique Diego Calvanese, coordinateur du projet. "Le point de départ du projet a donc été de développer une formalisation logique des ontologies", poursuit-il. En l’utilisant, il devient possible aux machines de comprendre et de raisonner avec les connaissances ainsi représentées. Cette formalisation leur permet de comprendre comment deux termes sont apparentés selon une ontologie donnée. Une initiative importante quand on sait que des ontologies différentes sont souvent fusionnées, par exemple lorsque le travail d’un groupe est intégré à celui d’un autre.
Gérer les ontologies de grande taille
Ou bien lorsque deux ontologies sont combinées pour répondre à une nouvelle tâche. Jusqu’ici, le problème qui se posait était que plusieurs termes entraient en conflit ou créaient des redondances dans le système. L’utilisation de la formalisation logique permet à un ordinateur de repérer semi automatiquement les conflits ou les répétitions potentielles. Les ontologies de grande taille seront aussi plus faciles à intégrer, l’un des outils des chercheurs permettant de les "casser" en différentes parties distinctes. "Nos outils sont destinés au développement d’applications complexes, mais ces technologies peuvent être utilisées pour créer des applications à destination de l’utilisateur final", conclut Diego Calvanese.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas