Wellframe optimise la réadaptation cardiaque après le séjour en hôpital

Par 17 avril 2013 1 commentaire
hospital room

Wellframe a lancé une application mobile qui se concentre sur la réhabilitation des patients, qui peuvent disposer d’un suivi personnalisé et contrôlé une fois sortis de l’hôpital.

Le constat des quatre fondateurs : des dizaines d’applications mobiles et d’appareils de santé existent, allant d’un bracelet intelligent à une application mobile pour prendre ses rendez-vous de médecin. Cependant, un très petit nombre d’entre elles s’occupent du suivi des patients. En effet, une fois ces derniers sortis de l’hôpital, ils doivent suivre un programme de réhabilitation médicale prescrit par leurs médecins ; leur prescription de médicaments, des exercices physiques, et des habitudes de vie afin de réduire les risques de rechute. Or, “beaucoup de ces patients ne suivent pas, ou suivent mal ce qui leur a été prescrit par leurs médecins à la suite d’une hospitalisation”, dit Jacob Sattelmair, CEO de Wellframe ce qui entraîne souvent des complications ou de nouvelles hospitalisations, représentant des coûts importants. Entre autre choses, les programmes de suivi sont trop complexes et donc difficiles à suivre. Les personnes ne suivant pas ou mal ces programmes de réhabilitation sont bien davantage susceptibles d’en mourir. Selon Randal J. Thomas, M.D., director de la Mayo Clinic’s Cardiovascular Health Clinic, les personnes qui suivent correctement les programmes de réhabilitation cardiaque, réduisent de 45% leurs risques de mortalité. Wellframe a donc lancé son premier produit : une application mobile qui se focalise sur la façon dont les patients victimes d’une attaque cardiaque, gèrent leur réhabilitation à la sortie de l’hôpital.

La qualité d’un suivi médical, sur mobile

Grâce à l’application de Wellframe, les patients reçoivent les mêmes recommandations qu’ils auraient en clinique (par exemple combien de temps ils doivent marcher par jour) mais à distance. Ceci leur permet d’éviter des visites médicales fréquentes, pas toujours possibles pour les patients et coûteuses pour le système de santé. L’application repère l’évolution du patient de manière intelligente, son activité quotidienne, et ajuste ainsi son programme de jour en jour. Jacob Sattelmair, compare son application à un GPS : “elle vous recalibre et vous donne les prochaines directions à prendre”. Ainsi, si le patient a du mal à effectuer certains exercices, Wellframe va lui proposer des exercices plus adaptés à son niveau et une progression plus douce. L’application comporte également un système de messagerie entre patients et médecins afin qu’ils puissent échanger tout au long de la période de réhabilitation.  

Réduire les coûts de santé à court et moyen terme

Wellframe est une application dont l’adoption dépend du corps médical qui donne lui-même le code d’activation pour chaque patient qui doit être suivi. Le succès de cette application pourrait signifier des gains importants en terme de coûts de santé. En effet, les problèmes de coeur sont la première cause de mortalité aux Etats-Unis, et les patients américains sont plus nombreux à devoir être réhospitalisés que dans d’autres pays. Selon une étude publiée en 2012 dans le Journal of the American Medical Association,aux Etats-Unis, 14,5% des personnes ayant subi un infarctus du myocarde sont réadmis à l’hôpital dans les trente jours suivant leur première hospitalisation. L’ensemble des coûts alloués au traitement des maladies cardiovasculaires était évalué à 272 milliards de dollars par an en 2010, et devrait atteindre 800 millards d’ici 2030 selon l’American Heart Association. La start-up a déjà testé son programme avec des écoles de médecine comme l’Harvard Medical School et planifie de tester son application avec dix hôpitaux de plus avant de se lancer définivement et d’étendre son champ d’activité à d’autres types de maladies.

 

Haut de page

1 Commentaire

Est-ce de l'Innovation ? Nous arrivons dans l'ère de la gestion humaine. Le Hubot créé pour "améliorer" la vie des vieux est là.
Est-ce de l'innovation ? Oui. Disruptive ? ... Le contrôle social est une préoccupation de longue date ...

Soumis par scienceblog - le 17 avril 2013 à 09h26

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas