WorldCom est mort, vive MCI !

Par 15 avril 2003

Worldcom, l’opérateur américain qui faisait transiter 50 % du trafic mondial sur IP, dont la fraude comptable s’est élevée à 11 milliards de dollars selon l’agence Bloomberg, et qui a dû se placer...

Worldcom, l’opérateur américain qui faisait transiter 50 % du trafic mondial sur IP, dont la fraude comptable s’est élevée à 11 milliards de dollars selon l’agence Bloomberg, et qui a dû se placer en juillet 2002 sous la protection du chapitre 11 du Code américain des faillites, renaît de ses cendres sous un nouveau nom : MCI, nom jadis porté par sa filiale de télécommunications longue distance. Seconde mesure symbolique pour tenter de faire renaître l’entreprise, le siège social de la société sera déplacé de Clinton (Mississipi) à Asburn (Virginie). De plus, un nouveau directeur financier a été nommé : Robert Blakely (61 ans). Le point fort du « plan de réorganisation » de l’opérateur en faillite réside dans sa dette, ramenée de 41 milliards de dollars, à une fourchette de 3,5 à 4,5 milliards de dollars pour partie convertible en capital. La presse souligne cependant que cette « performance » n’a pu être obtenue qu’avec d’importants appuis politiques et au détriment des anciens actionnaires de Worldcom. L’opérateur, qui était bénéficiaire en janvier 2003 (155 millions de dollars), table sur le marché américain des petites et moyennes entreprises et sur celui de l’Europe, dont le chiffre d’affaires a crû de 20,7 % l’an passé en représentant 3 milliards de dollars, pour développer ses activités et sortir fin 2003 du cadre juridique protégeant les entreprises américaines en faillite. (Atelier groupe BNP Paribas – 15/04/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas