WorldCom pourrait dominer le trafic sur Internet. Les experts américains

Par 02 octobre 1997

des télécommunications sont ravis de l'offre surprise de WorldCom sur MCI (voir la revue de presse d'hier). Selon Willim Bane de Mercer Management "l'affaire paraît pleine de bon sens. De sérieuses ...

des télécommunications sont ravis de l'offre surprise de WorldCom sur MCI
(voir la revue de presse d'hier). Selon Willim Bane de Mercer Management
"l'affaire paraît pleine de bon sens. De sérieuses synergies peuvent être
mises en place". WorldCom et MCI sont tous deux très actifs sur le front
du téléphone local et sont très présents dans l'infrastructure Internet.
Leur union donnerait plus de poids sur ce nouveau créneau. Si la fusion se
réalisait, Internet pourrait devenir une super-autoroute payante dont
WorldCom serait le principal bénéficiaire. En fusionnant l'an passé avec
MFS et sa filiale UUnet, WorldCom a pris le contrôle de l'une des
principales infrastructures américaines permettant la transition des
données sur Internet. Fournisseur du service Internet de Microsoft, UUnet
a une part de marché aux Etats-Unis estimée à 18,5 % environ. De son côté,
ayant développé une très importante infrastructure spécialisée dans le
transfert des données, MCI traiterait le tiers du trafic Internet
Outre-Atlantique. Ainsi, plus de la moitié du trafic des internautes
américains pourrait être captée par l'ensemble WordlCom/MCI. Les autorités
fédérales de la Concurrence pourraient bien être amenées à vérifier si le
nouvel ensemble n'enfreint pas les règles anti-concentration, hypohèse qui
n'inquiète pas pour autant les dirigeants de WordlCom. Depuis le début de
l'année, WorldCom taxe les petits fournisseurs d'accès à Internet qui
veulent se connecter à son réseau de transport de données. Si son OPA
réussit, non seulement ses infrastructures seraient incontournables, mais
WorldCom pourrait facilement imposer une tarification du trafic aux
fournisseurs d'accès et aux opérateurs de service en ligne. L'accès à
Internet est aux Etats-Unis pratiquement gratuit aujourd'hui : pour un
temps de connexion illimité, les abonnés payent moins de 20 dollars par
mois (120 F). Si les fournisseurs d'accès doivent financer des coûts fixes
de connexion au réseau de WorldCom, ils ne pourront plus supporter cette
formule tarifaire. De plus, le nouvel ensemble devenant acteur dominant
sur les infrastructures, pourrait acquérir la capacité de faire évoluer le
réseau pour accompagner le développement de nouveaux services comme le
téléphone par Internet. WorldCom, disposant aussi de boucles locales, donc
d'un accès direct aux abonnés, pourrait proposer au grand public des accès
à Internet meilleur marché que ses concurrents.
(La Tribune - 03/10/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas