Xbox 360, il n'y en aura pas pour tous : défaut d'organisation ou coup marketing ?

Par 02 décembre 2005
Mots-clés : Future of Retail, Europe

Difficile de ne pas avoir entendu parler de la nouvelle console de Microsoft, la Xbox 360, tout comme il devrait être difficile de s'en procurer une. Avec seulement 35 000 consoles prévues pour...

Difficile de ne pas avoir entendu parler de la nouvelle console de Microsoft, la Xbox 360, tout comme il devrait être difficile de s'en procurer une. Avec seulement 35 000 consoles prévues pour la France et 300 000 au niveau européen, les stocks devraient fondre comme neige au soleil.

Lancement officiel jeudi soir à minuit dans une dizaine d'enseignes sélectionnées dont le Virgin Megastore des Champs-Elysées , un magasin rompu à ce genre d'événements. Les quelques consoles disponibles sont réservées à ceux qui en ont fait la demande préalable. Difficile, voire impossible, pour le quidam moyen d'aller chercher son exemplaire de la nouvelle console à tout faire de Microsoft .

Proposée en deux versions, vendues respectivement 300 et 400 euros, la Xbox 360 est, le jour même de sa sortie, un objet de collection. Manoeuvre marketing ou mauvaise organisation ? Toujours est-il qu'à l'heure actuelle, il ne reste que très peu de consoles en rayon...

De l'avis des distributeurs et d'un certain nombre de fans déçus de n'être parvenus à se procurer l'objet high-tech du moment, cette pénurie est un stratagème savamment orchestré par Microsoft, une manoeuvre destinée à faire monter la pression.

D'autres estiment qu'il ne s'agit que d'une simple erreur logistique de la part de l'éditeur, ou éventuellement d'une tactique destinée à faire prendre conscience à ceux qui fournissent les composants de la console que les chiffres de vente seront inouïs vu l'engouement suscité. Cet argument serait vu comme un moyen de faire pression sur eux afin qu'ils acceptent de réduire leurs tarifs, ce qui permettrait à Microsoft de ne plus vendre ses consoles à perte .

Difficile de déterminer laquelle de ces hypothèses est la bonne. L'un des principaux fers de lance de la Xbox 360 est l'ensemble des services qui lui sont associés sur Internet : téléchargements, communautés d'utilisateurs et bien sûr, jeux en réseau. Or, ces services ne valent que s'ils sont largement fréquentés !

Lors du lancement de la génération précédente des consoles de salon, la Xbox de Microsoft était sortie bien après la Playstation 2 de Sony, ce qui avait fortement nui aux résultats. En livrant sa Xbox 360 plusieurs mois avant que les concurrents n'aient pu mettre au point leurs consoles (PlayStation 3 chez Sony, Revolution pour Nintendo), Microsoft marque un point.

La Xbox 360 est dotée d'indéniables arguments : au niveau technologique, cette console est un véritable condensé de puissance, Microsoft dispose de partenariats avec les principaux éditeurs de jeux vidéo lui garantissant des titres de qualité, émanant de licences au succès avéré (voir Perfect Dark Zero , issu de l'univers Nintendo et d'ores et déjà considéré comme l'un des hits de la Xbox 360). Sans oublier, bien sûr, l'ensemble des fonctionnalités multimédia qui tendent à faire de cette console un mini-ordinateur de salon.

Quel serait l'intérêt de programmer sciemment la rareté de la Xbox 360 ? Elle dispose de suffisamment d'atouts pour convaincre et Microsoft est suffisamment rompu aux techniques marketing traditionnelles pour qu'il ne soit pas nécessaire d'user de tels stratagèmes...

(Atelier groupe BNP Paribas - 02/12/05)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas