Yahoo fait du zèle pour censurer son portail chinois

Par 19 juin 2006
Mots-clés : Smart city

Plusieurs fois accusé d'avoir livré au gouvernement chinois les informations permettant d'arrêter un cyber-dissident, Yahoo est aujourd'hui sacré par Reporters sans frontières (RSF) comme le...

Plusieurs fois accusé d'avoir livré au gouvernement chinois les informations permettant d'arrêter un cyber-dissident, Yahoo est aujourd'hui sacré par Reporters sans frontières (RSF) comme le site le plus censeur. Il n'est pas le seul à avoir accepté de "trier ses résultats" sur son site chinois mais il serait celui qui se plie le plus -et de loin- aux exigences du gouvernement.
 
RSF a testé les portails chinois des plus grands moteurs de recherche : Yahoo, MSN et Google ainsi que celui du moteur chinois Baidu. L'organisation a testé des mots-clés "subversifs" tels que "Falun Gong", "Indépendance Tibet" ou bien "démocratie". Les résultats envoyés par chacun des moteurs de recherche ont été classés selon qu'ils appartenaient à un site autorisé ou non.
 
L'exemple de la requête "liberté de la presse" est à cet égard probant. Voilà ce dont RSF témoigne :
 
"Google.com : 7 sites "non-autorisés", 3 sites "autorisés" (72 millions de résultats)
Google.cn : 5 "non-autorisés", 3 "autorisés" (52 millions de résultats)
Msn.cn (Bêta) : 3 "non-autorisés", 7 "autorisés" (800000 résultats)
Baidu.cn : 3 "non-autorisés", 7 "autorisés" (450000 résultats)
Yahoo.cn : 1 "non-autorisé", 9 "autorisés" (240000 résultats)"
 
RSF reproche aux moteurs de recherche de ne pas indexer les contenus de sites "protégés". "Nous sommes persuadés que ces entreprises ont la possibilité d’accéder au marché chinois sans renier leurs principes éthiques. Il faut toutefois qu’elles adoptent une position ferme et claire vis-à-vis des autorités chinoises", explique l’organisation. Les résultats de cette étude sont disponibles sur un fichier excel à cet endroit.
 

 
(Atelier groupe BNP Paribas - 19/06/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas