Yann Tiersen: « Le mp3 est une énorme régression »

Par 31 octobre 2011 1 commentaire
Yann Tiersen

A l'occasion de la sortie du petit bijou expérimental Skyline, je suis allée à la rencontre de Yann Tiersen. Pour L'Atelier Numérique, on a parlé de son rapport à l'objet-instrument, du mp3, « arnaque » et régression technique. Extraits

[Interview en intégralité... en mp3 :)]

Vous êtes multi instrumentaliste, quel est votre rapport à l'instrument objet, et votre rapport à l'instrument numérique ?

Pour moi un instrument, ça porte bien son nom en fait : ça permet de faire des choses. Je suis attaché au rapport physique avec un instrument ou un objet, en tant qu'instrument de musique par exemple. Je suis aussi attaché au vinyle. Je ne parle pas de l'objet physique. Je m'en fous à la limite. Mais... la musique ça s'enregistre, c'est une membrane d'un micro qui vibre. Quand ça reste analogique, à la fin de la chaîne, ce sont des sillons qui reproduisent la vibration, et qui vont dans les enceintes qui sont elles-mêmes des membranes qui vibrent. C'est vraiment quelque chose de physique et de naturel.

Donc je n'appelle pas ça un objet. Je n''aime pas quand on s'éloigne d'une chose évidente, qui est le rapport physique, en fait, les réactions physiques... L'objet numérique en musique, ce n'est qu'une émulation de ça.

Les nouvelles technologies applicables au domaine musical, c'est quelque chose que vous surveillez, que vous testez volontiers ?

Non mais, qu'on ne se méprenne pas. L'ordinateur et internet, je m'en suis beaucoup servi. Quand j'ai changé de maison de disque, par exemple, le lien que j'avais avec le public entre deux albums, c'était grâce à internet. C'était important. C'est ce qui, je pense, a permis de façon indépendante, spontanée que je puisse jouer partout dans le monde, et qu'il y ait du monde. Parfois, ils connaissaient même les paroles de morceaux qui n'étaient pas sortis. Grâce à Youtube. Ca, c'est génial.

Je suis pour le téléchargement illégal. Par contre, pour des raisons pratiques.

Je vois une différence entre les nouvelles technologies au service de la communication, et celles au service d'échange beaucoup plus simple, d'ouvertures.

[…]

Par contre en matière technique, c'est une énorme régression. Je ne vois pas la différence entre avant : avoir une cassette, copier un album et l'emmener avec soi, et maintenant pouvoir en avoir 1 000 sur un iPod.

Le problème est la régression au niveau technique. Le son d'un mp3 est dégueulasse. [...] Même une cassette, justement, l'audio est meilleur. On habitue les gens à avoir des aigus à fond et des basses à fond. De toute façon, ils écoutent la musique sur des ordis. Ils ne font pas la différence. Mais c'est horrible. C'est une énorme régression, c'est de la pure consommation.

Suite de l'entretien à retrouver en mp3

 

Skyline. Yann Tiersen. Disponible chez Mute Records. 2011

Crédits photos: © Natalie Curtis

Haut de page

1 Commentaire

C'est évident. Le format MP3 dégrade notablement la qualité audio... mais pas plus qu'une K7 (puisqu'il en parle) ou n'importe quel CD écouté sur un lecteur bas de gamme...
Quand on voit que dans bien des albums, la dégradation déjà appliquée ne serait-ce que sur un CD afin de le rendre "compatible" avec de mauvais lecteurs...
alors effectivement, dynamique sacrifiée pour tous... écoutez des CD audiophiles et vous comprendrez la différence sur un matériel de reproduction digne de ce nom...
Mais est-ce l'enjeu ?
pour beaucoup, la différence de qualité n'est pas le critère. D'où l'adoption massive du MP3.
Ce qui est dommage, c'est qu'avec la dématérialisation, on ne propose pas d'autres formats moins "destructifs"...
Mais j'écoutais il y a plus de 20 ans des vinyls audiophiles qui enterreraient la plupart des CD d'aujourd'hui...

pour moi c'est un faux débat.
La musique est devenu un gros business et ce n'est pas la qualité audio qui est mise en avant... et ce depuis longtemps !

A mon grand regret. Mais c'est ainsi

Soumis par Zafu84 (non vérifié) - le 04 novembre 2011 à 09h56

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas