Tu Yo ou tu Yo pas ?!

Par 21 août 2014
Mots-clés : notification, Startup, YO
YO

L’application Yo, à mi-chemin entre le réseau social et la messagerie instantanée, permet de communiquer avec ses contacts à coups d’envoi de "yo" et cache des fonctionnalités originales.

Y-O, deux lettres pour tout dire et ne rien dire. Cet été, l’application aura beaucoup fait parler d’elle, en bien ou en mal, faisant des adeptes et des sceptiques, mais aura tout de même été téléchargée par 2,5 millions de curieux (principalement aux Etats-Unis). Avec sa baseline "It’s that simple" ("c’est aussi simple que ça"), l’application développée en moins d’une journée par l’israélien Or Arbel, entend bouleverser la gestion des notifications pour les centraliser en une seule et même plateforme.

Envoyer et recevoir des YO, la description de l’application peut sembler rudimentaire mais cache d’autres fonctions. Selon moi, c’est le Yo Index qui détient le plus fort potentiel de développement. À travers l’onglet Index, il est possible de s’abonner à différents services qui peuvent nous notifier d’un Yo lorsqu'un nouvel article d'un média est publié, grâce à la fonction d'envoi de liens pour accompagner son Yo, ou bien lorsqu’un événement survient. Par exemple, RAINHOUR me préviendra lorsqu’une averse est prévue dans moins d’une heure dans la location de mon choix, YOMYPACKAGE m’alertera lorsque mon colis est arrivé, ou encore YOBAMA me préviendra lorsque le président américain fera une déclaration officielle, etc. Autant de possibilités que seule l’imagination des développeurs peut freiner puisque Yo offre son service en API.

Yo va-t-il sonner le glas des mails et des notifications à tout-va ? Pourquoi pas. En tout cas l’idée de réunir les notifications au sein d’une application unique me paraît audacieux et pourrait renverser les usages actuels. Avec une levée de fonds de 1,5 millions de dollars, l’application a fait des envieux, d’où la recrudescence de copycats, applications copiant ou parodiant le procédé et l’interface de l’original Yo. Mention spéciale pour Lo-Yo qui permet le partage de sa localisation pour éviter de répondre au perpétuel "T’es où ?".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas