Analyse des données : quand le DSI devient "directeur de l'information"

Pierre Bosche

Pierre Bosche

Directeur mondial du Conseil en technologies d'Accenture pour le secteur de la finance

Accenture

En savoir plus sur l'auteur

29 avril 2011 1 commentaire
Mots-clés : Europe

Pour anticiper l'évolution des conditions du marché, les entreprises doivent réorienter leurs priorités vers une meilleure gestion de l'information. Le DSI semble le chef d'orchestre idéal de cette évolution.

Le nouvel impératif opérationnel porte selon moi sur la "reconfiguration des processus décisionnels", à savoir la transformation des capacités de front-office par l’intégration d’outils d’analyse prédictive dans les processus décisionnels de l’entreprise. En se muant en véritables "directeurs de l’information" (Chief Insight Officers), les directeurs des systèmes d'information ont un rôle essentiel à jouer dans ce processus. Cette transformation implique un élargissement de leur rôle, plus orienté sur le métier de l’entreprise et l’innovation technologique. Le point de départ consiste à prendre la mesure de l’énorme volume des données disponibles (tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise), sans se retrouver submergé par leur stockage et leur gestion. Il ne s’agit toutefois que de la première étape. L’objectif final étant d’exploiter les outils analytiques afin d’actionner ce levier de l’information et de passer de l’analyse aux résultats : du "et alors ?" au "et maintenant ?".

Des techniques de segmentation et d'analyse

Pour la Royal Shakespeare Company (RSC), compagnie théâtrale britannique, nous avons par exemple employé des techniques de segmentation et d’analyse du public afin de transformer son approche de la gestion de la relation client. Ainsi, le nombre de ses abonnés a augmenté de 40 % et l’affluence régulière a bondi de plus de 70 %. Bien entendu, le parcours est semé d’embûches : selon une étude Accenture, près de 40 % des cadres dirigeants estiment que leurs ressources et systèmes technologiques actuels ne permettent pas une utilisation efficace des outils d’analyse. La technologie s’est néanmoins mise au diapason des aspirations dans ce domaine. Des outils analytiques évolués sont disponibles auprès des éditeurs ou intégrés dans les plus récents progiciels de gestion (ERP), logiciels de gestion financière et de CRM. Le cloud computing révolutionne le stockage et le traitement des données, tandis que les logiciels open source ont démocratisé les capacités d’analyse indispensables pour les exploiter.

Agir en partenariat

Les "Chief Insight Officers" ont donc un rôle clé à jouer en favorisant la mise en place des processus transversaux nécessaires à l’intégration des outils analytiques dans l’ensemble de l’entreprise. Une fois parvenues à ce résultat, les entreprises seront en mesure de "boucler la boucle" de l’information : analyses, validation, exécution et création de valeur, suivi de performance, indicateurs, gouvernance. Cette démarche exhaustive permettra par exemple aux responsables de savoir pourquoi une promotion donnée sur un produit n’a pas fonctionné, contrairement à telle autre. En résumé, le DSI doit non seulement adopter le point de vue d’un "Chief Insight Officer" mais aussi agir en partenariat avec les métiers de l’entreprise afin de veiller à la mise en place des règles, outils et comportements nécessaires.

Haut de page

1 Commentaire

Très intéressant point de vue que celui de ce positionnement des Directeurs des Systèmes d'Information et … Directeurs des Systèmes Informatique.
Effectivement, quel challenge de favoriser des évolutions d'orientations du SI "analytiques" vers des analyses intégrant une dimension systémique. C’est une attitude forcément nécessaire pour intégrer encore plus la dimension métier, très complexe à appréhender pour des populations d’initiés en technologie, plus proche de codification binaire que de processus humain assez changeants.
En fait c’est bien plus qu’un challenge, ce serait même vitale pour certaines de ces Directions des SI.
Elles entrent à peine dans la queue de comète du fameux 2.0, qu’elles doivent « souffrir » la concurrence des ‘Opportunités’_As_A_Services, pour être en train de se prendre en frontale la révolution informationnelle(*). Sans parler de la nécessité d’intégrer la gouvernance de l’information(*), sujet de plus en plus d’actualité aujourd’hui.
Cette « pauvre mais vaillante » DSI, va-t-elle réussir à survivre ces tsunamis ? Doit-elle se transformer pour devenir une « nouvelle version » ?
Une réponse, peut-être :
Aujourd’hui ces 2 révolutions (Usages et Informations) positionnent l’utilisateur en tant qu’acteur incontournable et central à toutes évolutions de nos organisations.
Nous ne sommes plus des enfants soumis face à l’utilisation de systèmes techniques plus ou moins indigestes, nous devenons des adultes exigeants une relation adéquate à nos besoins pour réaliser nos métiers et contribuer à l’élévation de nos organisations.
Nous ne voulons plus d’une DSI, éteinte, cantonnée dans ses problèmes de normes et standards, ou d’infrastructures compliquées, ou de relations à 6 étages d’assistance à chef de projet de maitrise d’ouvrage déléguée mais en fait juge et partie car rattachée à la même entité que la maitrise d’œuvre multi-déléguée.
Nous voulons une réponse rapide, pragmatique, adaptée à nos exigences. Et si ces dernières le sont trop (exigeantes), nous voulons comprendre pour décider du meilleur choix.
Oui, l’utilisateur ne comprend rien à rien au niveau informatique, normal, c’est pas son boulot ! et vice versa.
Alors que faire ?
Pourquoi ne pas trouver un subterfuge pour rapprocher la DSI des métiers. Pardon pour ne pas créer une nouvelle entité de non techniciens qui pourrait offrir cette compréhension et réponse aux métiers, et la décliner en Offre de Services Riches(*) ?
Un sacré changement, je pense nécessaire, et surtout important pour l’organisation et ses clients ou usagers.
Jean-Pascal Perrein
Consultant en Gouvernance de l’information
http://www.3org.com

Je vous recommande vivement ces articles :
Gouvernance de l'information : http://www.3org.com/news/2011/01/pourquoi-et-comment-gouverner-linformation/
Révolution informationnelle : http://www.3org.com/news/2010/11/la-revolution-informationnelle-amene-l-information-intelligente-autonome/
Offre de Services Riches : http://www.3org.com/news/2011/04/dsi-contribuez-la-gouvernance-de-linformation-avec-des-offres-de-services-richesfaites-voluer-les-offres-de-services-traditionnelles/

Soumis par Jean-Pascal Perrein (non vérifié) - le 03 mai 2011 à 20h42

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas