Analyses situationnelles : une nouvelle façon de comprendre les consommateurs

Eric Seulliet

Eric Seulliet

Président de La Fabrique du Futur et co-auteur de Fabriquer le futur, l'imaginaire au service de l'innovation

La Fabrique du Futur

En savoir plus sur l'auteur

24 février 2009 4 commentaires
Mots-clés : Europe

Ma conviction est que le marketing traditionnel est moribond. D'ailleurs François Laurent n'a-t-il pas intitulé son blog "marketing is dead" ? Mais si le marketing devient inopérant, comment le réinventer ?

Par Eric Seulliet, président de La Fabrique du Futur et co-auteur de Fabriquer le futur, l'imaginaire au service de l'innovation.
Ayant eu la chance de rencontrer Jean-Pierre Malle, je me dis qu’il détient peut-être les clés de ce renouveau. L’histoire commence en 1980, lorsque jeune ingénieur chez Thalès, il observa alors que les performances d’opérateurs en robotique dépendaient beaucoup de leurs situations propres. Ce fut le point de départ de ses recherches sur la modélisation des situations et sur les algorithmes inductifs. Plus tard, Jean-Pierre Malle décide de créer Ensuite Info dont le savoir faire consiste à encapsuler des algorithmes inductifs dans des automates d’analyses situationnelles. Mais me direz-vous en quoi cela peut-il bien concerner le marketing ? Faisons un détour par le MIT : c’est là qu’Eric von Hippel y a développé ses recherches sur les "lead-users", ces avant-gardistes qui innovent par détournements d’usages. Pour lui, tout usage est fortement liée à un contexte donné : c’est ce qu’il appelle la "stickiness" (viscosité).
Inductivisme, holistique et agilité
Autrement dit, il est quasiment impossible d’appréhender des clients moyens puisque chaque situation est spécifique. Et donc, la meilleure façon de recueillir l’information les concernant consiste à la contextualiser par l’analyse de situations. Les analyses situationnelles développées par Jean-Pierre Malle se fondent d'abord sur des raisonnements inductifs. L’inductivisme est une approche symétrique de l’approche logico-déductive. Elle se base aussi sur des principes de holisme. Ces derniers s’opposent ainsi à la modélisation. Ces analyses situationnelles se reposent enfin sur des démarches "agiles". Il s’agit de procéder par adaptation permanente. Les avantages de ces approches inductivistes sont qu’elles correspondent beaucoup plus à des comportements naturels. Pourtant en Occident l’induction a encore du mal à se frayer un chemin car nous survalorisons les raisonnements logico-déductifs.
Vers le duo gagnant du marketing de demain
Et c’est encore plus vrai en France, pays du cartésianisme. Les analyses situationnelles ont l’avantage de détecter des éléments plus fins et plus signifiants que les études marketing classiques. Elles considèrent toute la complexité des situations. En élargissant le champ des plausibles, elles tracent ainsi la voie à de nouveaux possibles. Ce type d’approche globale permet de mieux voir "en avant", d’embrasser des panoramas de façon plus large, en prenant plus en compte les comportements humains. Les analyses situationnelles permettent ainsi de déceler les émergences, de percevoir les signaux faibles, de faire des liens avec d’autres situations, d’anticiper les tendances de consommation et finalement d’innover mieux et plus vite. Analyses situationnelles dans des contextes réels, voila j’en suis convaincu ce qui constituera le duo gagnant du marketing et de l’insight consommateur de demain !

Haut de page

4 Commentaires

Article à conserver

Soumis par Hervé Lihoreau (non vérifié) - le 26 février 2009 à 17h58

Je partage cette analyse : la capacité à appréhender la "situation" ou le "contexte" est la clé pour réinventer les métiers d'aujourd'hui.
Les Systèmes d'Information qui y sont associés se doivent donc d'être pensés en conséquence.
P. Gautier

Soumis par Philippe GAUTIER (non vérifié) - le 28 février 2009 à 00h05

Excellent article. J'aborde également le sujet sur mon blog : le contexte utilisateur, la clef des futures stratégies.

Soumis par admorenoise (non vérifié) - le 19 mars 2009 à 10h44

Très bon article. Je partage tout à fait l'analyse. Nous avons conduit dans le cadre d'un projet sur l'étude des usages des tablettes dans l'éducation, une analyse des usages en fonction des situations d'utilisation, tout cela dans un contexte réel. Les résultats sont très intéressants et j'imagine que ce concept risque de se développer de plus en plus au vue de la complexité croissante du monde d'aujourd'hui et de demain.

Soumis par Matthieu (non vérifié) - le 09 mai 2011 à 12h13

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas