Architecture Orientée Service : un nouveau paradigme de l'intégration, mais quels retours d'expérience ?

Jean de Chambure

Jean de Chambure

Directeur du Conseil Asia

L'Atelier Asia

En savoir plus sur l'auteur

24 mars 2004 Laisser un commentaire

C'est en train de devenir une évidence : à terme, l'architecture informatique qui soutient l'intégration des applications d'une entreprise devra être « orientée service », autrement dit...

C’est en train de devenir une évidence : à terme, l’architecture informatique qui soutient l’intégration des applications d’une entreprise devra être « orientée service », autrement dit construite pour servir l’existant et le potentiel des applications. Sans quoi l’entreprise perdra vite en compétitivité informatique. Pourquoi le potentiel des applications ? De manière à anticiper sur les nouvelles versions, mais aussi les nouveaux langages. Pourquoi l’existant ? De façon à ne pas exclure d’un accès en ligne de plus en plus omniprésent les applications métiers qui ont été conçues avec d’anciens langages propriétaires, mais qui conservent des données stratégiques, à l’instar des applications clients de la plupart des banques françaises. Qu’en est-il du côté des assureurs ? Parfois plus en avance que les banquiers sur ce sujet, ces derniers ont toutefois des plates-formes logicielles complexes et difficiles à rendre opérables entre elles : plates-formes de gestion de réseaux, plates-formes de gestion des sinistres (télé-expertise, expertise à distance…), plates-formes de support de vente, plates-formes de relation clientèle… Ils nécessitent donc plus que jamais des plates-formes flexibles qui font communiquer entre elles leurs applications hétérogènes.Où en est le marché de ces nouvelles plates-formes d’intégration ? Il est promis à un grand avenir d’après les cabinets d’études : 4,4 milliards de dollars en 2005, puis 43 milliards de dollars en 2010, selon le cabinet spécialisé Zapthink qui vient de publier un livre blanc centré sur cette question clef : Comment faire en sorte que votre architecture informatique vous permette de traiter vos informations (les données brutes) comme un service (une interface claire et rapidement accessible) ?Les grands éditeurs ont mis le paquet sur cette nouvelle approche des systèmes d’information qui constitue avec l’outsourcing l’une des principales évolutions du monde informatique. Signe fort, SAP, le leader des progiciels, a fait le pari avec Netweaver, sa plate-forme d’intégration, de rendre accessible par son biais l’ensemble de ses offres logicielles, mais également celle de ses partenaires et des différentes applications existantes dans l’entreprise. S’il commence à être admis que ces nouvelles architectures informatiques doivent être adoptées par les entreprises, reste à savoir de quelles manières ! On connaît un peu les outils (web services, connecteurs…), mais les premiers retours d’expérience sont précieux à connaître. Si vous souhaitez confronter vos idées aux expériences innovantes dans ce domaine, nous vous invitons à assister à la conférence que nous organisons le 1er avril. Ceci n’est pas une farce, c’est juste l’une des plus importantes mutations que connaissent les systèmes d’information des entreprises. La fin d’une conception moyenâgeuse de l’informatique, pleine de passerelles et de langages propriétaires. Un pas décisif vers le bureau virtuel accessible à chaque employé. Jean de Chambure

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas