Chez CRITEO, on veut viser haut

Jean-David Chamboredon

Jean-David Chamboredon

Directeur Associé en charge du Capital-Risque

3i

En savoir plus sur l'auteur

28 août 2009 Laisser un commentaire
Mots-clés : Europe

Voici l'histoire de l'entreprise qui veut s'imposer comme category leader aux USA, et qui a commencé il y a cinq ans comme moteur de recommandation.

- Jean-David Chamboredon, capital-risqueur depuis une dizaine d’années nous raconte l’histoire d’une start-up prometteuse.
Jean-Baptiste Rudelle, PDG de CRITEO déménage vers la Silicon Valley où il compte "coacher" de près sa nouvelle filiale. J’ai eu l’occasion de côtoyer JBR lors de la cession en 2004 de sa précédente entreprise K-Mobile. Je l’ai ensuite fait venir en tant qu’indépendant au conseil d’administration de Screentonic. Peu convaincu par son "pitch" en 2006 lorsqu’il lève son premier tour de table, je suis devenu bien plus enthousiaste depuis. Fin 2005, JBR a l’intuition qu’en complément du "search", l’internaute a besoin de recommandations du type "si vous aimez ça, vous aimerez cela". Quelques semaines plus tard, presque par hasard, il rencontre Franck Le Ouay et Romain Niccoli, camarades de promotion et anciens "Microsofties" qui travaillent sur le même sujet. À Noël 2005, les deux projets fusionnent. La vision est alors de bâtir sous forme de "web service" un moteur basé sur du filtrage collaboratif.
2 ans pour concrétiser le concept de personalized retargeting
CRITEO développe un "blog autoroll widget" ("si vous visitez ce blog, vous devriez aller voir ceux-là") illustrant bien la technologie et signe quelques "deals" dans le domaine du cinéma mais s’aperçoit que son "business" est entravé par une faible monétisation et une mauvaise "scalability".  Ce n’est pas celui que JBR veut bâtir. Il lui faut 2 ans pour concrétiser le concept de "personalized retargeting" qui fait aujourd’hui son succès. Ce concept, je l’ai vu en oeuvre, lorsque j’ai vu sur mon webmail une bannière dans laquelle défilaient des produits familiers (pour la petite histoire, il y avait des chaussures de golf.). La technologie mise au point avec des partenaires marchands ou des partenaires média avait détecté que j’avais visité certaines pages de PriceMinister et me proposait donc possiblement de conclure l’achat que je n’avais pas encore effectué. Malin, non ?
Réussir aux USA
En termes de "business model", CRITEO agit comme une place de marché sur laquelle les médias peuvent vendre leur espace au CPM (coût par mille) et les marchands acheter au CPC. La technologie permet d’arbitrer en fonction du CTR quels annonceurs/produits peuvent être mis en avant profitablement. La différence est pour CRITEO qui a trouvé un modèle monétisable et "scalable" (ex : 4€ le CPM, 50c le clic et CTR à 1% donnent 20% de marge brute). CRITEO a vu l’entrée fin 2007 des "backers" de Skype et Dominique Vidal a rejoint son conseil d’administration. Avec 9m€ supplémentaires, JBR a accéléré sa transition vers son nouveau modèle et ouvert des filiales en UK, Allemagne et Italie. Les USA suivent et JBR veut y imposer CRITEO comme "category leader". C’est peut-être là que CRITEO trouvera son prochain capital-risqueur ou l’industriel qui souhaitera acquérir la société. Vendre une société à des Américains, JBR connaît mais cette fois, il se veut plus ambitieux ce qui signifie qu’un succès chez l’Oncle Sam est nécessaire. C’est tout ce que je lui souhaite ainsi qu’à ses co-fondateurs et co-actionnaires !

Haut de page

J'ai eu la chance d'avoir l'histoire de Criteo racontée par JBR lors d'un passage à Palo Alto. C'est un parcours inspirant car Criteo a vraiment pris le temps (se presser lentement...) de définir le bon produit et le bon business model avant d'accélérer pour se développer de manière exemplaire à l'international. J'ai aussi été amusé par la confiance extrème dans son produit, je le cite de mémoire :"quand on pense avoir le meilleur produit et le bon BM, il faut y aller à fond. Ne pas aller sur le plus gros marché mondial de la bannière (les US) aurait été une erreur" ;-)

Soumis par FrankBZ (non vérifié) - le 27 juin 2012 à 16h51

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas