La Chine va-t-elle devenir le plus grand Intranet du monde ?

Jean de Chambure

Jean de Chambure

Directeur du Conseil Asia

L'Atelier Asia

En savoir plus sur l'auteur

08 mars 2005 Laisser un commentaire

La question peut sembler excessive mais si l'on reprend la définition d'un Intranet, le Web chinois y ressemble en partie. A cause de l'accès restreint aux sources d'information : pas d'accès aux...

La question peut sembler excessive mais si l'on reprend la définition d'un Intranet, le Web chinois y ressemble en partie. A cause de l'accès restreint aux sources d'information : pas d'accès aux "Google News" américain, blocage sur les moteurs de recherche et les forums de plus de 40 000 "mots clefs" comme : BBC, falungong, droits de l'homme…
A cause également des "accès autorisés": fermeture de plus 12 000 cyber-cafés jugés insuffisamment contrôlés, pas de publication sans relecture sur les forums (appelés "Lun Tan" en Mandarin)… Tous les aspects limitatifs d'un Intranet y sont présents.
La Toile chinoise ne représente toutefois ni une entreprise, ni une organisation. C'est le reflet virtuel d'un Etat de 1,2 milliard d'habitants qui est devenu la plus grande usine du monde, et qui compte désormais plus de 94 millions d'internautes.
Vraiment nombreux ces internautes chinois ? Certes, ils sont encore loin des quelques 201 millions d'internautes américains. De plus, si les villes comme Shanghai symbolisent la croissance de la Chine, 800 millions de Chinois vivent dans des zones rurales sans avoir la possibilité de connaître le fonctionnement d'un ordinateur, ni même d'en acheter un : leur revenu est trois fois inférieur à celui des Chinois des grandes villes. Mais le nombre des Chinois connectés devrait croître de 16 % pour atteindre 94 millions d'ici la fin de l'année.
Que font-ils sur la Toile ? Comme les utilisateurs d'Intranet, leurs grands usages paraissent avant tout pragmatique : recherches d'information relatives à l'éducation et la formation (29,3 %), recherches sur des sites spécialisés dans le recrutement (24,2 %), recherches sur… les automobiles (13,8 %)*.
A ce sujet, les forums dédiés à la consommation regorgent de commentaires parfois très virulents sur la baisse des prix des véhicules neufs par rapport à la hausse du niveau de vie des Chinois. Pourquoi ? Parce que ceux qui ont acheté un véhicule neuf il y a cinq ans, au prix de dizaines d'années d'économies, s'estiment "arnaqués" par les nouveaux prix. Ils demandent à ce que les prix montent ! Ces diatribes sont tolérées dans la mesure où elles s'adressent aux constructeurs, pas au régime.
La recherche d'information politique ou internationale n'est pas en revanche l'activité première des internautes chinois. Pas trop d'inquiétudes à se faire donc pour le gouvernement chinois. Mais les "Lun Tan" restent très pratiqués par les Chinois y compris lorsque les sujets portent sur l'actualité. Ainsi, le forum sur la guerre d'Irak du portail xinhuanet.com comptait 900 000 messages, le 4 avril dernier !
De quoi donner du travail au "Département de la sécurité publique" qui a renforcé sa censure sur le Web en cette période de session annuelle du parlement. Les équipes de cyber-surveillance misent en place représenteraient aujourd'hui, selon les estimations reprises par Reporter Sans Frontières, près de 30 000 personnes. Soit 3 cyber-policiers pour 10 000 internautes chinois.
* Chiffres publiés par le "China Internet Network Information Center" (CNNIC)
Jean de Chambure Rédacteur en chef

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas